L’arbre de Mai

0

France :

Elle date du temps des Celtes, grands adorateurs de la forêt. Au Moyen-Âge, les paysans et les villageois qui dansaient autour du Mai étaient nommés les pastoureaux et ces pâtres qui dansaient sous les murs du château dans les faux bourgs étaient des mainteneurs de la "vieille coutume". C'est ainsi qu'ils donnèrent leur nom aux mouvements populaires de caractère "hérétique" du XIII et du XIV siècle : les Pastoureaux ! Et, c'est à la cour, c'est à dire dans la cour du château ou Bourg que l'on dressait l'Arbre de Mai, à la croisée des deux "mails" orientés, mais on y dansait alors des danses plus "courtoises", plus élaborées.

Au XVII siècle, les clercs de la Basoche avaient le privilège de couper dans le bois de Vincennes un arbre qu'ils plantaient ensuite avec solennité dans la cour du Palais. Puis elle devint une coutume encore observée dans une grande partie de la France à l'égard des maires, que celle de planter devant la maison des personnes d'une fonction ou d'un rang élevé, un arbre ou un gros rameau de verdure, appelé l'Arbre de Mai. Lorsque quelqu'un se présentait aux élections, s'il était élu pour la première fois, ses voisins et ses colistiers venaient chez lui pour planter un arbre en son honneur. C'était l'occasion d'un bon repas, bien arrosé entre tous. L'arbre était généralement un sapin ébranché auquel on ne conservait que la cime. Il était décoré d'un drapeau tricolore, parfois d'une couronne de fleurs, et on y fixait une planche sur laquelle était écrit : "Honneur à notre élu". Cette tradition se perpétue encore aujourd'hui, surtout pour les élections municipales. Les "mais" ne sont pas toujours des sapins, ce sont parfois d'autres essences d'arbres : chênes, bouleaux, pins sylvestres ….

Autres pays européens :

En Belgique, le mois de mai connaît aussi la fête du "meiboom" qui réactualise l'acte primordial de la régénération cosmique. L'arbre symbolise ici l'ensemble des forces de la Nature domestiquées par les Ancêtres, les héros et les dieux primordiaux. Transporté dans les rues, l'arbre de Mai distribue à tous les habitants la force qu'il contient. Cette communion est stimulée par des danses et des chants. La joyeuse tournée qui s'ensuit passe dans chaque maison pour quémander des victuailles. Les dons de mai, trait commun aux cultures européennes, contiennent néanmoins toujours des oeufs, des fruits secs, et des gâteaux spécifiques, symboles de l'indestructibilité de la vie.

En Angleterre, en Autriche et en Allemagne ainsi qu'en Espagne:

 (maypole, maibaum, maggiolata), on plante l'arbre de mai. Symbole de la végétation et de la vie inépuisable, l'arbre décoré est conduit en cortège et érigé sur la place centrale afin de transmettre à la communauté sa force et sa vigueur.

Nouvelle-France :

Une fête fut organisée par Frontenac en 1675 lors de la création de la milice dans toutes les paroisses de la Nouvelle-France. Le 1er mai, les miliciens de chaque paroisse plantaient devant la maison de leur capitaine, un mat muni d'une girouette en son sommet ou un sapin ébranché pour ne conserver que la cime de l'arbre. Le capitaine de milice, après avoir pris une lampée d'eau de vie et tiré du mousquet, passait la cruche à ses miliciens pour qu'ils en fassent de même. Puis tout ce beau monde entrait dans sa maison pour manger, boire et danser. Ils ressortaient de temps en temps à l'extérieur pour tirer du fusil en direction du sommet du "mai" et en profitaient aussi pour se taper un coup derrière la cravate. La fête se poursuivait toute la nuit jusqu'au petit matin.

Cette fête a vite été délaissée après la signature de la Grande Paix. La mère patrie ayant reniée puis oubliée sa colonie, les canadiens furent probablement tenus dans l'ignorance de l'intérêt qui lui était toujours réservée en France lors d'élections municipales. De plus, les habitants n'avaient que faire de la signification cosmique de l'Arbre de Mai en ces temps où la religion catholique dictait conduite et moeurs. De nos jours, l'Arbre a été abandonné au profit du Mois par le gouvernement québécois qui a proclamé le mois de mai comme étant le mois de l'arbre et des forêts. Mai, le mois, étant le seul lien avec cette fête européenne de l'Arbre de Mai.» Claude Desjardins.

Source

Partager.

Les commentaires sont fermés.