Accueil de Syriens : le Canada s’emballe

1

Tiré du quotidien français PRÉSENT, numéro 8435 du 9 septembre 2015.
Texte du porte-parole de la Fédération des Québécois de souche, Rémi Tremblay.


migrantsDe notre correspondant au Québec. Le Canada n’a pas fait exception lors de la publication planétaire de la photo du jeune Syrien Aylan Kurdi. Dès les premiers jours les médias de masse, notamment la télévision d’état, Radio-Canada, mais aussi des journaux français comme le Figaro, ont prétendu que la famille d’Aylan Kurdi avait fait une demande pour obtenir le statut de réfugié au Canada, ce qui leur aurait été refusé. L’information était fausse et sans fondement. En fait, un oncle du petit, Mohammed Kurdi, avait bel et bien fait une demande qui avait été refusée étant jugée incomplète, mais aucune trace au Canada d’une demande quelconque pour Aylan Kurdi et sa famille qui avait plutôt choisi la traversée de la Méditerranée.

La campagne électorale battant son plein au Canada, les politiciens fédéraux ont profité de ce drame pour se faire valoir, ce qui a donné une obscène surenchère de promesses en matière d’accueil de réfugiés. Le chef de l’opposition Thomas Mulcair a promis l’accueil de 9 000 Syriens avant la fin de l’année et de 10 000 annuellement jusqu’en 2019. Justin Trudeau, du Parti Libéral du Canada, a demandé quant à lui l’accueil de 25 000 réfugiés syriens de plus avant janvier 2016 ! Gilles Duceppe du Bloc Québécois parle lui de 10 000 réfugiés tout de suite…

Certains politiciens en manque de popularité comme le maire de Montréal Denis Coderre et le premier ministre du Québec Philippe Couillard y ont vu une occasion en or de remonter leur cote et ont proposé en grande pompe d’accueillir davantage de réfugiés sur leur territoire respectif. Original et relativement conséquent, le maire de Toronto John Tory a annoné quant à lui qu’il parrainerait personnellement une famille de réfugiés syriens.

Seul le premier ministre conservateur Stephen Harper n’a pas pris part au jeu. Son gouvernement qui a battu des records en matière d’ouverture à l’immigration et aux réfugiés ne peut selon lui accueillir davantage de réfugiés syriens que les 20 000 prévus pour les quatre prochaines années. Pas question pour lui de faire plus que ce qui était prévu et ce malgré le battage médiatique entourant la mort du jeune garçon.

En fait, malgré la campagne médiatique culpabilisatrice qui fait rage, un sondage de la firme Angus Reid a montré que seuls 54% des Canadiens souhaitent davantage de réfugiés. Au Québec, on retrouve une personne sur cinq qui affirme que le Canada devrait totalement cesser de recevoir des réfugiés. Les médias sociaux et les sites de nouvelles sont inondés de commentaires d’internautes dénonçant l’instrumentalisation de la mort du jeune Kurdi et la tentative de culpabilisation pour que le Canada accueille davantage de réfugiés.

Rémi Tremblay

Partager.

Un commentaire

  1. J.P.T.À.Q.B.C. le

    «Désolé on n’a pas d’argent pour les hôpitaux, pour les écoles, pour les familles Québécoises… on coupe dans les services, on néglige nos ainés, on coupe dans le RQAP, etc etc.» …. 20 minutes plus tard… «OH! Des réfugiés… voici 24 millions pour eux, on construit des HLM et voila 80 millions supplémentaire pour l’aide internationale»

    Ça résume la connerie politicienne… et après on se demande pourquoi plus personne ne vote!

Donnez votre avis