Compte-rendu: Conférence de Gabriele Adinolfi à Québec

1

AdinolfiQuebecC'est dans le quartier Limoilou, quartier « à risque » pour les immigrants selon nos bonnes et consciencieuses autorités, qu'une assistance nombreuse eut le privilège d'entendre l'auteur et militant italien Gabriele Adinolfi sur le thème le plus brûlant de notre époque, celui de la terreur comme stratégie de domination. Une conférence présentée par notre organisation en collaboration avec Atalante Québec, un groupe militant qui sut se faire remarquer par la jeunesse et la vigueur de ses rangs.

Il transparut que M. Adinolfi fut bien vite insatisfait de la direction que prenaient la politique et le destin de sa nation et des autres patries d'Occident. Il s'engagea à combattre ce pouvoir oligarchique qui prenait contrôle et migra politiquement de la gauche vers la droite à mesure que les tendances antinationales s'affirmaient de plus en plus. Impliqué d’abord très jeune au MSI et dans différents autres groupements politiques tels que Terza Positionne, par la suite recherché par la police et exilé en France, M. Adinolfi continua son combat jusqu’à aujourd’hui et il dirige maintenant la revue « Orion », le centre Polaris ainsi que le site No Reporter. Depuis peu, il gère également le centre EurHope qui offre une vision alternative à l’Europe de Bruxelles.

Commençant d’abord par un survol des principales filiations qui engendrèrent ce pouvoir ainsi que ses moyens, il présenta ensuite les stratégies qui doivent être nôtres pour le combattre.

C'est une bien triste époque que la nôtre et, comme le prédisait un officiel allemand en 1942 lors d'un dîner, si les alliés gagnent la guerre, ce sera la victoire des gangsters. Ces gangsters travaillent de longue haleine, puisque déjà en 1905, Andrew Carnegie créa la Commission X pour assurer la paix et la prospérité dans le monde. Elle enfantera la première révolution communiste ratée de 1905 à l'occasion de la guerre russo-japonaise, financée par Wall Street.

Financée par ces mêmes éléments « cosmopolites », la seconde et victorieuse Révolution russe suivra en 1917. Trotski lui-même recevra des millions de dollars et un passeport émis par Woodrow Wilson pour entrer en Russie. La dualité communiste-capitaliste est donc largement une tromperie.

Le but de ces élites est d'en arriver à une humanité globalisée dans laquelle les peuples auront perdu leur identité propre. Les masses devront être angoissées et malheureuses, comme cela est littéralement écrit dans un document officiel de l'une de ces officines du globalisme. Il n'y a pas que les identités ethniques qui sont à éliminer, l'identité sexuelle aussi, car d'être mâle aujourd'hui, « il faut presque s'excuser ».

L'auteur invité, sur ce sujet, expliqua comment le principe masculin est comme celui du soleil, un principe aristocratique de distinction et d'élévation, au prix de luttes et de combats bien entendu. Le principe féminin est plutôt attaché à la satisfaction des besoins de base, la nourriture, le bien-être et la sécurité. Notre époque tend à nier le principe masculin au nom de l'égalité et de la redistribution des richesses, jusqu'aux arts contemporains qui nient le principe de beauté et de dignité.

Le modèle emprunté par le conférencier est celui de Léonidas, spartiate qui fit face aux Perses et perdit la vie aux Thermopyles. Il faut faire preuve de ce même courage, mais il est permis cette fois-ci de vaincre.

Brezinsky est une autre figure du globalisme et considère que le monde bipolaire est passé, et maintenant les États-Unis seuls doivent régner, mais ne peuvent le faire de manière hégémonique. Il doit donc y avoir une multipolarité marquée par des conflits et des guerres, avec les États-Unis qui au bout du compte dominent tous les autres. Le concept du choc des civilisations sert cet agenda.

La terreur s'inscrit dans ce contexte. M. Adinolfi, qui vécut ses années turbulentes de jeunesse dans l'Italie des années 70, connut ce que l'on appelle les années de plomb, faites de violences terroristes et de répression. Il raconta comment des groupes terroristes se faisaient approcher par le Mossad et offrir des armes et des listes d'infiltrés. Il s'agissait de déstabiliser la Méditerranée et favoriser ainsi l'aide américaine vers Israël, le seul « élément sûr de la région » pour les États-Unis.

Que faire dans ce contexte ? Il faut être libre, et seul l'homme indépendant et autonome peut être libre. Pour ce faire, il faut revendiquer nos identités et cela inclut nos identités biologiques. Mais le « bon raciste » ne méprise pas les autres races. Mépriser est justement un signe de faiblesse. La recette serait alors d’aborder l’avenir avec une attitude « martiale et joyeuse ».

Être révolutionnaire immédiatement relève d'une grande présomption, alors qu'au contraire il faut être d'une très grande humilité pour un jour espérer le devenir.

Il faut se sortir du bipartisme, la trinité étant un concept fondamental. Dans le bipartisme, il y a querelles sur des questions sélectionnées par le jeu politique. Il y a débat, puis le peuple est amené à choisir le moins menaçant, celui qui garantit le plus de sécurité. Il faut revenir à un mode politique fondé sur l'organique où une personne vote non pas sur des questions éparses, mais adhère à un principe plus général. Des hommes politiques transcendants doivent entraîner à leur suite les masses. Ainsi les valeurs viriles doivent reprendre l'avant-plan.

Gabriele Adinolfi est un auteur dont la pensée est à découvrir, tant pour ses analyses géopolitiques et métapolitiques que pour l’enthousiasme guerrier qu’il oppose à l’hégémonie mondialiste qui nous fait face. Pour cela, nous ne pouvons qu’encourager la lecture de ses nombreux ouvrages.

FQS
Pour la reconquête de notre peuple

Partager.

Un commentaire

  1. Tient-il encore son discours imbécile sur l’Ukraine et la Russie dans lequel il explique qu’il soutient les deux côtés?

Donnez votre avis