CONSULTATION SUR L’IMMIGRATION 2020-2022 : Position de la FQS

0

La mission de la Fédération des Québécois de souche (FQS) est de lutter pour la préservation de la Nation constituée des Québécois de souche, de leurs frères et sœurs canadiens-français et acadiens de l’extérieur du Québec et des personnes qui s’y sont assimilées au fil des années. La question de l’immigration constitue donc pour elle une préoccupation majeure.

La Commission des relations avec les citoyens de l’Assemblée nationale du Québec a entrepris, le 12 aoùt 2019, une consultation publique sur la planification de l’immigration pour la période 2020-2022, mais la FQS a choisi de ne pas présenter de mémoire, considérant la façon indigne dont avait été traité son mémoire précédent portant sur le projet de loi no 9 sur l’immigration. En effet, malgré le caractère modéré et constructif de ce mémoire, les partis représentés à l’Assemblée nationale avaient décidé de le retirer du site de cette dernière, parce qu’il était rédigé dans une perspective identitaire.

Les groupes admis à présenter leur position lors de la consultation sur la planification de l’immigration pour la période 2020-2022 se sont pour la plupart montrés favorables à une immigration accrue, en particulier les associations du milieu des affaires, qui prétendent que l’immigration est la principale solution à la rareté de la main d’oeuvre, les groupes et organismes partageant une idéologie diversitaire, qui réclament une immigration plus nombreuse et plus allogène, et les représentants des intervenants du système d’immigration (conseillers, centres d’aide, etc.), qui plaident pour le développement de leur « business ». Les quelques groupes à exprimer des réticences à l’égard d’une augmentation de l’immigration l’ont généralement fait d’un point de vue strictement linguistique, en soulignant la difficulté de franciser les immigrants s’ils sont trop nombreux, plutòt que dans une perspective identitaire, à savoir le danger que pose une immigration allogène trop importante pour la préservation de l’identité nationale des Québécois.

Dans ce contexte, la FQS juge opportun de rendre publique sa position à l’égard des orientations proposées dans le document de consultation sur la planification de l’immigration pour la période 2020-2022. A l’égard des orientations proposant une meilleure sélection des immigrants (2,3,4.5,7,8,9), la FQS n’a pas d’objections à formuler. Par contre, les orientations proposant un accroissement de l’immigration (1,6) soulèvent des difficultés.

L’orientation 1 propose que l’objectif annuel d’immigration permanente, ramené à 40 000 personnes pour 2019, soit progressivement porté à un maximum de 52 500 entre 2020 et 2022, soit l’équivalent du niveau annuel observé entre 2016 et 2018, tandis que l’orientation 6 propose d’accroìtre le nombre de travailleurs temporaires étrangers. En proposant que la réduction de l’immigration permanente appliquée en 2019 ne soit que temporaire, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec semble céder aux pressions des groupes et favorables à l’immigration et des médias. Or, le niveau d’immigration permanente de 40 000 personnes fixé pour 2019 est encore élevé par rapport à la capacité d’absorption du Québec. Il serait préférable que ce niveau soit maintenu ou diminué, et qu’on fasse preuve de prudence en matière d’augmentation du nombre de travailleurs temporaires, tant que n’auront été pas mises en œuvre certaines mesures visant à éviter que l’immigration compromette la préservation de l’identité nationale des Québécois et leurs perspectives d’emploi, en particulier

  1. mesures natalistes visant à rétablir la vitalité démographique des Québécois de souche, de façon à corriger le déséquilibre actuel entre la part de l’augmentation de la population provenant de l’accroissement naturel (17 600 en 2017) et celle due à l’immigration nette (37 000, abstraction faite des résidents non permanents)
  2. règles visant à prioriser les immigrants dont la provenance est gage d’ une assimilation rapide à la Nation québécoise
  3. mesures visant à corriger la sous-utilisation du potentiel de travail des Québécois découlant de phénomènes tels que les départs prématurés à la retraite, les obstacles à l’accès de certaines catégories de la population à l’emploi et la décision de certains de se soustraire à leur devoir de travailler, afin d’éviter que l’accès des entreprises à la main d’oeuvre immigrante se fasse au détriment de l’emploi des Québécois de souche.

La FQS exhorte le gouvernement à ne pas se détourner des électeurs québécois qui lui ont donné la majorité, lors des élections de l’automne 2018 , en raison de sa promesse de faire en sorte que les niveaux d’immigration seraient désormais établis de façon à ne pas excéder la capacité d’absorption du Québec et à ne pas mettre en péril la pérennité de l’identité de la Nation québécoise.

Fédération des Québécois de souche
Pour la reconquête de notre peuple

Partager.

Donnez votre avis