Entrée express, le nouvel affront d’Immigration Canada

0

10917288_889731871049847_1338380544027624_nLe gouvernement néoconservateur de Stephen Harper vient d’asséner un autre coup dur à la classe ouvrière canadienne déjà précarisée. Les travailleurs canadiens sont depuis quelques années directement menacés de perdre leur emploi au profit de travailleurstemporaires étrangers (TTE) moins payés et donc moins coûteux que les travailleurs canadiens. Chaque semaine, les médias font état de nouveaux licenciements où les travailleurs canadiens expérimentés et loyaux sont mis à pied pour être remplacés par des TTE, nouveaux esclaves du système en place. Le gouvernement avait certes présenté des « réformes » de ce programme pour protéger les travailleurs canadiens, mais il semble que ces mesurettes n’aient été de la poudre aux yeux.

Chris Alexander, digne successeur de Jason Kenney à Immigration Canada, en rajoute aujourd’hui pour précariser la classe ouvrière davantage et ainsi plaire à un patronat toujours plus avide d’économie. C’est le système « Entrée express ». Les demandes de travailleurs qualifiés dans les domaines où il y a « pénurie » seront donc accélérées et traitées plus rapidement. Le plafond des travailleurs spécialisés est augmenté et passe à 25 000, et le nombre de professions visées passe de 24 à 50. Evidemment, le plafond n’a pour but que de rassurer la population puisqu’en creusant un peu dans les documents du ministère, on peut lire qu’ il n’y a « aucune limite pour les demandeurs possédant une offre d’emploi valide de la part d’un employeur canadien ».

Ce programme qui permettra aux employeurs de faire leurs demandes en accéléré pour faire venir une main-d’œuvre étrangère bon marché coûtera aux contribuables 14 millions les deux premières années et ensuite près de 5 millions chaque année. La facture de cette nouvelle attaque contre la classe ouvrière ne sera évidemment pas refilée aux employeurs, qui bénéficieront de cette mesure pour sauver sur les coûts de production, mais sera assumée par les victimes de cette nouvelle mesure, les travailleurs canadiens.

Dans la liste des professions, certaines surprennent, notamment le besoin de traducteurs, un domaine où très peu de finissants réussissent à se trouver un emploi stable. Figurent aussi de nombreux métiers de construction, dont celui de contremaître, un emploi qui n’est pas connu pour être ingrat ou en pénurie de demandes. Mais là aussi, la liste ne concerne que les 25 000 n’ayant pas d’offre d’emploi, les autres ayant accès au programme Entrée express s’ils ont une offre d’emploi.

Ce qui est pour le moins étrange, c’est que le gouvernement ne semble même plus vouloir démontrer un semblant de cohérence pour défendre ses politiques d’immigration suicidaires. Le Parti libéral vient d’être élu au Québec suite à ses promesses de créer 250 000 emplois pour combler une pénurie d’emplois. De son côté, Chris Alexander, quant à lui, continue d’affirmer que le vrai problème est que nous avons trop d’emplois et trop peu d’employés… Allez dire ça aux 1.25 millions de Canadiens au chômage !

Sources :
http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=841339
http://tinyurl.com/entreeexpress

Partager.

Donnez votre avis