Le drapeau de la fierté gay flotte sur une base militaire canadienne

0

Un reportage de Radio-Canada du 7 juin 2013 nous apprend que pour la première fois dans l’histoire des Forces canadiennes, un drapeau représentant la fierté gaie et le lobbie de la communauté homosexuelle a été hissé sur une base militaire, signe que le multiculturalisme a fait du chemin jusqu’à l’institution la plus traditionnelle.

Jusqu’en 1992, il était interdit de faire la promotion ou de parler ouvertement de son homosexualité sous peine de sanctions. Les relations sexuelles entre militaires au travail sont toujours interdites, logiquement, le milieu de travail ne devrait pas être l'endroit pour faire la promotion de sa sexualité, qu'elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle… Ce qui soulève le questionnement sur la pertinence de célébrer l’orientation sexuelle dans une institution militaire.

La base militaire choisie a été celle d’Edmonton dans le contexte de la semaine de la fierté gaie. Les homosexuels auront droit à une semaine complète et cela dans la province la plus conservatrice de la confédération mettant ainsi cette orientation sur un pied d'égalité avec la semaine réservée aux anciens combattants. Le drapeau restera alors hissé une semaine complète en l'honneur de la marginalité. Si les homosexuels y ont droit, d'autres minorités suivront pour accéder aux mêmes traitements.

Jessica MacDonald, porte-parole des Forces canadiennes, soutient qu'il n'y a eu aucune réaction négative concernant cet événement. Puisque le multiculturalisme est dans la constitution canadienne, les institutions fédérales ont donc comme politique officielle d’en faire la promotion au détriment des institutions qui représentent réellement nos militaires. Nous ferons tout de même remarquer que sur la base entière d'Edmonton, une poignée seulement de militaires s'étaient déplacés pour l'événement, la majorité des personnes présentes étant principalement des journalistes et leurs caméramans.

Voilà où nous en sommes, quand la GRC tente de rendre les blancs minoritaires dans ses rangs, quand Radio-Canada impose une ligne politique à ses journalistes concernant l’immigration et le multiculturalisme, la rectitude politique frappe aussi l’armée qui accorde maintenant une aussi grande importance à la sexualité d’une infime minorité qu’à ses propres vétérans!

Pour la préservation de notre peuple,
F.Q.S.

Partager.

Les commentaires sont fermés.