Pourquoi l’Iran?

0

Cela fait maintenant quelques années, en fait depuis que Saddam Hussein est mort, que les médias et le gouvernement canadien nous présentent l’Iran comme la mal absolu. Aujourd’hui il n’y a pas pire ennemi que cet Iran rebelle où les pires atrocités seraient commises, selon les dires de nos médias.

Pour soutenir une telle diabolisation, justifier les sanctions économiques et le renvoi cet automne de nos diplomates au Canada, plusieurs arguments sont continuellement utilisés. Ils ne résistent pas à une analyse un tant soit peu éclairée et la motivation des fauteurs de guerre se révèle tout autre.

Bien entendu, on reproche d’abord à ce pays d’être une théocratie (un gouvernement religieux) qui applique la loi islamique, bafouant ainsi les droits des non-croyants et celui des femmes. Cet argument n’est pas faux ; le vrai nom de l’Iran étant la République islamique d’Iran. Mais avant de diaboliser ce type de gouvernement, il faut faire attention. Nous sommes intervenus en Afghanistan au nom de la liberté et de la démocratie, mais lorsqu’un gouvernement fut finalement mis en place en 2003, il prit autorité à la tête de la République islamique d’Afghanistan, son titre officiel. Donc si le Canada et ses alliés de l’OTAN ont encouragé la mise en place d’une république islamique après leur intervention, comment condamner celle de l’Iran ? De plus, un des proches alliés de l’OTAN, le Pakistan, est lui aussi une république islamique.

Pour ce qui est de l’application de la charia ou pour le peu de droits accordés aux citoyens, là encore, il faut bien reconnaître la réalité. Mais ceci apparaît rapidement comme des prétextes plutôt que des justifications sincères, car le gouvernement canadien entretient des liens avec de nombreuses dictatures où les droits de l’homme sont bafoués. On peut notamment penser à un de nos principaux partenaires économiques, la Chine, qui emprisonne et tue les dissidents, ou encore à l’Arabie Saoudite, qui pratique la torture, l’amputation de membres et la peine de mort pour une myriade d’infractions et de crimes. Bref, oui, l’Iran est loin d’être un État modèle en matière de droits humains ou de démocratie, mais si des sanctions sont appliquées en invoquant les accrocs à ces principes, nous devrions également couper les ponts avec ces autres pays mentionnés où ce même mépris est la règle. Le Pakistan reçoit même de l’aide financière de notre gouvernement !

Tout comme on invoquait les armes de destruction massive pour attaquer l’Irak en 2001, on avance aujourd’hui la possibilité d’un Iran armé d’une bombe nucléaire. L’Iran n’a en effet jamais caché ses intentions de développer un programme civil nucléaire, mais continue de marteler qu’il ne souhaite pas acquérir la bombe atomique. Malgré ces déclarations, les États occidentaux semblent convaincus du contraire et essaient, depuis quelques années, de saboter les efforts de ce pays. Des virus superpuissants ont été utilisés contre ses systèmes informatiques engagés à ces fins et un grand nombre de scientifiques iraniens et même russes ont été assassinés en toute impunité. Les services secrets israéliens (connus pour leur grande objectivité) affirment sans rire que l’Iran aura l’arme nucléaire en 2014. Étrange, car le 29 avril 1996, Shimon Peres, ancien président israélien, avait déclaré « que d’ici quatre ans, ils (l’Iran) pourraient avoir des armes nucléaires ». Quelques années après, en 1998, le général Anthony Zinni, chef de l’US Central Comand, affirma que l’Iran pourrait avoir la capacité d’envoyer des bombe nucléaires d’ici cinq ans : « Si j’étais un parieur, je dirais qu’ils seront opérationnels d’ici cinq ans, qu’ils auront les capacités. » En fait, depuis qu’en 1992 le président israélien Benjamin Netanyahu avait affirmé que l’Iran aurait la bombe atomique d’ici 1999, tous les spécialistes américains et israéliens ne cessent de reprendre cette prédiction. Comment croire ces soi-disant spécialistes, puisque d’après eux, la bombe aurait dû être prête bien avant ? Ce sont également ces spécialistes qui ont « prouvé » hors de tout doute que l’Irak avait des armes de destruction massive en 2001 ! Leur accusation contre l’Iran, lancée également sans preuves concrètes et même contredite dans les faits, ne devrait pas recevoir le moindre crédit dans l'opinion. Et en plus, le Pakistan, qui remplit tous les critères pour subir les rigueurs moralisatrices de l'OTAN pour la nature de son régime, a bel et bien maintenant cette arme nucléaire tant décriée. Loin d'être un État paria comme l'Iran, ses relations avec l'Occident sont très bonnes, au point où notre gouvernement se fait un plaisir de lui envoyer quelques subsides puisés dans nos poches de contribuables!

On entend aussi dire que l’Iran financerait des groupes terroristes chiites comme le Hezbollah, ce qui semble être un fait avéré selon les sources auxquelles nous avons accès. Pourtant, la qualification terroriste dans ce cas semble galvaudée. Ce groupe paramilitaire lutte dans les territoires occupés – illégalement – par Israël. Cela le range-t-il dans le camp des terroristes ? Oui, au même titre que les résistants français qui ont lutté contre l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre. Le Hezbollah utilise les mêmes techniques que ces héros chantés sur tous les tons. Si la Grande-Bretagne fournissait les armes à ces derniers, l’Iran fait de même pour ces champions de la cause palestinienne aujourd'hui. Et que dire de cette situation où le Pakistan finance et entraîne les talibans, eux aussi un groupe terroriste musulman. Ainsi, nos soldats combattent au pays afghan ces mêmes talibans qui sont financés par la République islamique pakistanaise, cet État recevant l'aide internationale canadienne!

Donc les arguments présentés au grand public pour justifier les sanctions contre l’Iran ne tiennent simplement pas la route. Certains altermondialistes et commentateurs gauchistes blâmeront le lobby des armes ou celui du pétrole, des coupables indéfiniment recyclables. Là aussi, beaucoup de naïveté. L'explication apparaît beaucoup plus simple et réaliste, grâce à cette comparaison Iran-Pakistan que nous avons déployée dans les paragraphes précédents.

L’Iran est persona non grata, alors que le Pakistan reçoit l’argent de nos taxes. L’Iran est une dictature théocratique islamique, le Pakistan aussi. L’Iran bafoue les droits de l’homme comme le Pakistan. L’Iran voudrait (peut-être) l’arme nucléaire, le Pakistan l’a déjà. Les Iraniens financent des groupes terroristes musulmans chiites, le Pakistan fait de même en faveur de groupes terroristes musulmans sunnites.

Alors qu’est-ce qui les distingue ?

Le Pakistan est un proche allié des États-Unis et de l’OTAN. Ce que Washington dicte, Islamabad l’exécute. Mais l’Iran est contre l’hégémonie américaine et sioniste. Il est devenu, au fil des ans, le fer de lance du combat pro-palestinien et s'est rapproché de pays comme la Russie, la Chine, le Venezuela, alors que les Etats-Unis souhaitent dicter leur politique internationale. L’Iran est devenu un symbole anti-impérialiste dans le reste du monde. Fait qui ne fut pas rapporté dans nos médias, il y a quelques semaines (du 29 au 31 août), la Conférence des Pays non-alignés se tint à Téhéran, rassemblant plus de 120 pays. Ce mouvement aura été présidé cette année par nul autre que Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien, que l’on nous décrit régulièrement comme une version moderne de Hitler (rappelez-vous que Pauline Marois fut également comparée à Hitler dans de nombreux journaux anglophones canadiens – cette comparaison visant à impressionner l’esprit du public et ne se basant vraisemblablement sur rien de concret).

Ce sont donc les positions antiaméricaines, antisionistes et anti-impérialistes du gouvernement iranien qui en font aujourd’hui l’ennemi numéro un. Mais le gouvernement canadien n'est-il pas censé agir pour le bien de sa population? L’Iran n’a jamais brimé nos droits, ne nous a jamais menacé et ne représente pas une menace à notre sécurité. Pourquoi donc se lancer sur le sentier de la guerre contre ce pays ? Ce serait retourner combattre à l’étranger sous de faux prétextes pour assouvir les visées impérialistes des Etats-Unis et d’Israël.

Pour la préservation de notre peuple,
F.Q.S.

Partager.

Les commentaires sont fermés.