Notre accent et son histoire

0

accent québécoisHistoire de notre accent, par Louis Cornellier, pour Le Devoir

En Nouvelle-France, nos ancêtres, qu’ils aient appartenu au peuple ou à l’élite, parlaient ainsi : « La couvarte de la barline éta trop légearte pour aller à Montrial. On a resté cheu nous. » Pourtant, tous les Français de passage soulignaient la qualité de notre langue. Ensuite, au XIXe siècle, alors que notre manière de parler est presque la même, les jugements sur celle-ci se font sévères. Nous parlerions comme des péquenauds. Que s’est-il passé pour que la même langue soit soumise à des évaluations aussi contrastées ?
 
Dans D’où vient l’accent des Québécois ? Et celui des Parisiens ? (PUL, 2007), lelinguiste Jean-Denis Gendron expliquait cette évolution. Au Québec, écrivait-il, rien n’a changé, sur le plan linguistique, durant cette période. En France, toutefois, la Révolution de 1789 a eu lieu et elle s’est accompagnée d’une « révolution phonétique ».
 
Le « bel usage », celui de la cour et des salons, mais aussi le plus répandu, bien qu’avec des variantes, dans la population, est discrédité au profit du « grand usage », celui de l’élite bourgeoise. Avant, l’élite disait « sus la table », « note maison », « sarge » et « fret ». Après, elle dit « sur la table », « notre maison », « serge » et « froid ». Ce qui était considéré comme chic est désormais vu comme plouc.
 
Coupé de la France depuis la Conquête anglaise, le Québec échappe d’abord à cette évolution et conserve son accent traditionnel. Mgr Ignace Bourget (1799-1885), évêque de Montréal, dit encore « pére », « gloére » et « nâtion ». Les remarques des voyageurs français de l’époque et les contacts de l’élite canadienne avec Paris font toutefois prendre conscience à cette élite du fait que son accent n’a plus la cote dans les beaux milieux, que dire « França » pour Français, « Yâb » pour diable, « esquelette » pour squelette, « mouchouér » pour mouchoir, « accrére » pour accroire et « mécredi » pour mercredi, ça fait colon.
 
Cette prise de conscience, raconte savamment le nonagénaire Jean-Denis Gendron dans La modernisation de l’accent québécois, survient en 1841, avec la publication d’un manuel de français de l’abbé Thomas Maguire. Pour éviter le déclassement par rapport à l’élite française de Paris, notre élite nationale lance un « mouvement pour une prononciation soignée dans le discours public », qui passe surtout par l’enseignement dans les collèges.
 
Double règle
 
Il s’agit d’abandonner l’accent traditionnel, d’abord dans le discours public, mais aussi, graduellement, dans le discours privé, et de « faire acquérir, explique Gendron, la diction que sous-tend [le]nouvel accent : tension forte des organes de la parole, articulation ferme de toutes les syllabes et de tous les sons du mot, élocution légère et gracieuse, accompagnée d’une variation tonale qui donne sa pleine expressivité à la parole ».
 
De 1841 à 1960, le Québec connaît donc « une sorte de diglossie phonétique », alors que coexistent, surtout dans les rangs de l’élite, la norme soignée, pour le discours public, et la norme traditionnelle, pour le discours privé. La première se diffuse principalement par les collèges, le théâtre, la radio et la télévision. À partir de 1960, la nouvelle norme s’impose comme unique modèle valorisé, en toutes circonstances.
 
Cela ne signifie pas que Québécois et Français, comme à l’époque de la Nouvelle-France, ont aujourd’hui le même accent. Il suffit d’avoir des oreilles pour constater que ce n’est pas le cas. La prononciation québécoise s’est certes modernisée, en s’inspirant du modèle parisien, mais elle conserve des particularités. L’idée de parler purement à la française, au Québec, n’a jamais entraîné l’adhésion, surtout celle des classes populaires, et a toujours été considérée, à raison, comme une attitude de colonisé et de pédant. Consciente de cela, la Société Radio-Canada a beaucoup fait pour trouver « le juste milieu entre une prononciation affectée, précieuse, ridicule et la prononciation traditionnelle », note Gendron. Ce juste milieu est la norme du français québécois moderne.
 
Quant à moi, je continue à réclamer des « couvartes » quand j’ai froid. Je porte un prénom de roi français, après tout.

Lire la suite

Partager.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.