Immigration et assistance sociale, le lien qu’on nous cache

0

En avril 2015 le gouvernement Couillard est en mode coupure et aucun programme n’échappe aux compressions supposées assainir les finances du Québec. Le programme d’aide sociale n’est évidemment pas laissé pour compte et le ministre de l’Emploi François Blais annonça une série de petites mesures permettant au gouvernement de sauver quelques millions.

Le gouvernement compte épargner un million en luttant contre le travail au noir, environ le double en pénalisant les prestataires quittant le Québec plus de 15 jours. La somme de 2,2 millions sera sauvée en tenant compte des avoirs immobiliers et des mesures visant les toxicomanes permettrait une économie de 6 millions. Le total des économies sera, si tout va bien, de 15 millions de dollars.

Bref, on gratte les fonds de tiroir dans le but de sauver un peu. Bien que dans l’ensemble, ces mesures sont logiques et pertinentes, le gouvernement n’est pas conséquent. En parallèle de ces coupures minimes, l’immigration sera augmentée, ce qui aura un impact majeur sur l’aide sociale.

Les médias dénoncent la croyance populaire qu’il y aurait un lien entre immigration et aide sociale. On dénonce cette croyance comme un préjugé raciste sans fondement, mais malheureusement, le peuple a raison, il existe un lien entre immigration et aide sociale. En ce moment, un prestataire de l’aide sociale sur quatre est né à l’extérieur du pays.[1] 

En fait, il y a en ce moment plus d’immigrants recevant de l’aide sociale que de familles monoparentales (25% contre 16%). De plus, et c’est important de le savoir, 72,1% des immigrants sur l’aide sociale sont au pays depuis plus de 5 ans, ce qui neutralise l’argument voulant que l’aide sociale ne soit qu’une béquille lors des premières années suivant l’arrivée au pays.[2]

Si le quart de ces immigrants recevant l’aide sociale sont des réfugiés, nombreux sont ceux qui font partie des immigrants dits qualifiés, sélectionnés préalablement pour leurs compétences et leur capacité d’intégration. D’après un rapport du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale publié en 2010, le tiers des travailleurs qualifiés admis en 2004 avaient touché de l’aide sociale l’année suivante. Bref, les travailleurs qualifiés qu’on se vante d’importer pour le bien de notre économie sont loin d’être la panacée qu’on nous présente et leur présence ajoute un fardeau considérable au programme d’assistance sociale.

Le gouvernement Couillard dit souhaiter réduire la taille de l’État, mais se contente de petites coupures mineures qui ne balancent en rien l’impact de l’immigration sur nos finances. Ces coupures ne permettront en rien de contrebalancer l’augmentation de l’immigration que les libéraux souhaitent nous imposer.

FQS
Pour la reconquête de notre peuple


Source :
1. Rapport statistique sur la clientèle des programmes d’assistance sociale, Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, novembre 2014, p.3.
2. Idem.
3.
Recours au programme d’aide sociale pour les immigrants de la catégorie des travailleurs qualifiés : échec ou transition dans le processus d’intégration, Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, 2010.

Partager.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.