« Je m’excuse donc, je suis »

0

« Je m'excuse donc, je suis" Lundi, M. Trudeau absoudra les Tsilhqot'in (Chicoltins) de toute culpabilité relativement au massacre de 14 travailleurs de la construction en 1864, a révélé le chef Joe Alphonse dans une vidéo publiée sur la page Facebook du gouvernement national de la Première Nation. Toujours dans la vidéo, M. Alphonse explique qu'à l'époque, les étrangers devaient avoir la permission des Tsilhqot'in pour pénétrer sur leur territoire. Or, non seulement les travailleurs venus construire la route n'avaient pas obtenu cette autorisation, mais ils avaient en plus enlevé et maltraité (abused) des femmes de la Première Nation, ce qui avait poussé les chefs à leur déclarer la guerre. » La Presse 24 mars 2018

Le Vancouver Sun du 24 mars est moins laconique. Le chef Joe Alphonse évoque les mauvais traitement subis: dans la vidéo mentionnée par La Presse, il dit que les travailleurs de la construction sous-alimentaient et sous-payaient les Chilcotins (underfeeding and underpaying and then abusing tsilhqot'in women). Au terme des incidents, les autorités coloniales britanniques de Victoria devaient capturer, juger et pendre six chefs chilcotins. À notre avis, les Chilcotins qui défendaient leurs terres se sont certes rendus coupables de crimes (mais, à leurs yeux, dans un contexte de guerre; les historiens préfèrent parler de soulèvement que de guerre (uprising). Il est difficile de ne pas voir un parallèle avec la situation actuelle au Québec; remplacer les Chilcotins qui défendaient leur territoire ancestral et leurs femmes contre des envahisseurs n'est pas sans pas faire réfléchir à l'attitude de Justin Trudeau.

Pourquoi Justin Trudeau absout-il les Chilcotins de 1864, mais traite de « nonos » ceux qui souhaitent simplement faire la même chose, aujourd'hui et ici, c'est-à-dire défendre leurs terres et leur mode de vie? Et qui n'ont en définitive commis aucun crime, les « nonos avec des t-shirts de chien » n'ont fait qu'exercer leur droit de manifester. Pour Trudeau, selon que vous serez riche ou pauvre, devient selon que vous serez blancs et francophones ou autochtones et anglophones. En 1864, la Colombie-britannique, qui n'est pas encore canadienne, est soumise à la Couronne britannique. Pour bien faire et tant qu'à s'excuser, pourquoi ne pas profiter, lors d'une prochaine visite officielle du passage d'un membre de la famille royale britannique, pour faire ces excuses avec tam-tams, danses traditionnelles, fumée de sauge, capteurs d'énergie et plumes, incluant bien sur un photo-op avec le prince Harry et sa nouvelle épouse Meghan qui devraient venir nous visiter suite au mariage princier de l'an prochain ?

Chronique de P.C. pour la Fédération des Québécois de souche
Pour la reconquête de notre peuple

Partager.

Donnez votre avis