La FQS fait réagir la Ministre Diane de Courcy

0

plourdecourcyFQS

En visite dans la ville de Saguenay pour rencontrer les organismes œuvrant à l’intégration des immigrants dans la région, la ministre Diane de Courcy a profité du moment pour s'exprimer sur le récent débat que nous avons provoqué au sujet de l’immigration dans la région.

 Voici l’extrait paru dans le journal Le Réveil, le 12 décembre 2012 :
Réponse à la FQS
 
Lors de son passage à Saguenay, la ministre a eu l’occasion de commenter les propos de la Fédération des Québécois de Souche exposés dans notre édition du 4 décembre.
 
Au sujet d’une fermeture complète à l’immigration, la ministre a brièvement commenté: « Je n’adhèrerai pas à ces propos. C’est hors de propos et je ne suis pas d’accord ».
 
Mme De Courcy a toutefois ajouté qu’ « à savoir s’il faut contrôler davantage, c’est un autre débat. On prévoit accueillir le même nombre d’immigrants et nous en avons besoin. Nous ne nous renouvelons pas comme société ».
 
« Il faut arrêter de les voir comme une menace à notre culture », a ajouté la ministre De Courcy.

D’abord nous souhaitons remarquer qu’un arrêt complet de l’immigration devrait être envisageable comme toute autre option. Les millions en dépenses que nous coûte l’immigration pourrait être réorientés vers des politiques natalistes favorisant les familles québécoises, ce qui réglerait véritablement le problème démographique au Québec. Selon les démographes et les économistes, l’immigration n’est pas une solution au taux de natalité ni à la pénurie de main-d’œuvre. En 2011, afin de justifier la diminution, la ministre Weil a fait valoir que l'Institut économique du Québec ne prévoyait plus une décroissance de la population à partir de 2031 en raison du mini-baby-boom des dernières années.

Nous aimerions également connaître les études et les chiffres sur lesquels se basent la ministre pour prétendre que « nous avons besoin » d’immigration et sur quel prétexte le gouvernement peut refuser de proposer davantage de politiques natalistes. Faute de fournir ces données au public, nous voudrions savoir qui fait pression sur le gouvernement pour maintenir les taux d’immigration actuels, taux que le Parti Québécois a pourtant prétendu vouloir réduire le 13 septembre 2011.

« Accueillir 50 000 immigrants par année au Québec, comme le propose le gouvernement libéral, c'est trop » a soutenu mardi le député péquiste Yves-François Blanchet.

À l’époque, même l'ex-ministre péquiste François Legault, qui dirige maintenant la Coalition pour l'avenir du Québec, a plaidé pour une réduction du nombre d'immigrants. Pierre Curzi et l'actuel ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, étaient également du même avis et le gouvernement libéral, sous la ministre Kathleen Weil, avait même voulu réduire de 55 000 à 50 000 le nombre d’immigrants au Québec.

Il y avait donc consensus : il faut réduire l’immigration au Québec !

En terminant, nous voulons également rappeler des faits rendus publics par Lise Ravary dans le Journal de Montréal le 4 octobre 2012. Il se trouve que la ministre Diane de Courcy a déjà participé à une soirée en l'honneur d'un imam intégriste et proche du groupe terroriste Hezbollah, Moussa al-Sadr. En 2009, alors qu’elle dirigeait la Commission scolaire de Montréal, Mme. de Courcy avait promis la création d’une école internationale publique dans Ahuntsic, ayant comme mission l’enseignement de l’arabe. Nous ajoutons aussi que la ministre a pris position contre le projet de loi conservateur C-31 le 8 décembre 2012, qui cherche à régler le problème de faux réfugiés.

Les politiciens continuent comme toujours à flouer les Québécois en disant une chose et en faisant son contraire une fois portés au pouvoir.

Pour la préservation de notre peuple,
F.Q.S.

 

Partager.

Donnez votre avis