La France Orange Mécanique – Laurent Obertone

0
Le Harfang, Magazine de la FQS, Avril 2013 N0 4, Vol.1. La France Orange Mécanique

franceorangemecaniqueLa France Orange Mécanique est récemment devenu un best-seller en France, se plaçant dans le top 10 des meilleures ventes et premier dans sa catégorie, et ce, sans aucune publicité et avec un auteur totalement inconnu à ce jour. Le livre est tellement choquant que certains commentateurs affirmèrent que s’il avait été publié avant les élections, il aurait pu avoir un impact sur le vote en favorisant l’UMP (droite) ou le Front National.

Le livre commence avec une histoire commune : une femme blanche est sauvagement battue et violée par un étranger. Ce viol brutal qui la laissa paralysée est présenté selon le point de vue de la victime, nous permettant de comprendre la gravité du geste, une gravité qui semble se perdre avec les 13 000 vols, 2 000 attaques et 200 viols qui se produisent sur une base quotidienne. Il est à noter que 7% des Françaises furent violées à un moment ou un autre de leur vie. Mais au-delà de ces statistiques étonnantes, il y a des drames personnels. Pour chaque vol, attaque et viol, il y a une vie à jamais altérée et c’est ce que Obertone veut nous rappeler. Le crime n’est pas une statistique; c’est un drame individuel.

Le taux de criminalité augmente en France, mais un phénomène est encore plus inquiétant : l’ultra-violence. Avec 1 000 meurtres chaque année, 1 000 tentatives de meurtres et 200 agressions causant la mort, la France est devenue la société occidentale la plus violente. En fait, la France est devenue plus dangereuse que les Etats-Unis. La violence est devenue telle que les criminels affrontent maintenant les policiers avec des fusils d’assaut.

Non seulement ces derniers deviennent la cible de la violence des criminels endurcis, mais ils sont également victimes d’harcèlement et ne reçoivent aucun support des médias ou des autorités. Ils sont fréquemment accusés de racisme ou de provocation, alors que leur seul tort est de faire appliquer la loi. Après les émeutes dans les banlieues, les autorités ont cédé au chantage, investissant finalement des milliards d’euros dans ces 700 quartiers jugés « sensibles », prouvant que plus vous cassez, plus vous obtenez. Cela peut sûrement expliquer pourquoi les émeutes, présentes dans tous les pays, sont plus fréquentes et violentes en France. La situation est devenue telle que le syndicat des policiers affirmait en août dernier que ses membres avaient peur des agressions. Dans un tel contexte, pas surprenant que les policiers soient de moins en moins respectés, surtout que lorsqu’ils arrêtent un criminel, celui-ci est remis à la justice qui, plus souvent qu’autrement, le remet en liberté.

L’emphase du système judiciaire est mis sur la prévention et sur la réhabilitation, pas sur la répression. En fait, pour plusieurs sociologues et autres experts, la société doit être blâmée et non le criminel. Trop souvent le focus est mis sur l’effet de la sentence sur le criminel et la victime est totalement oubliée. En France, le système fait preuve d’humanisme pour le criminel seulement et n’a que faire des victimes, présentes ou futures. Les peines de prison sont rares et les récidivistes s’avèrent pratiquement les seuls à s’y rendre – quand les peines de prison ne sont pas simplement en sursis ou suspendues. Rien d’étonnant que les criminels ne changent pas : il n’y a pas de répression et ils le savent.

Malgré le silence médiatique entourant la plupart des crimes commis en France, pour éviter de jouer le jeu de l’extrême-droite, certains crimes font la manchette : ceux commis contre certaines minorités. Le combat contre l’antisémitisme, l’islamophobie et l’homophobie est vu comme une priorité pour le gouvernement , qui dépense des sommes mirobolantes pour combattre ces fléaux. Ce n’est d’ailleurs pas rare de voir les politiciens dans les médias pour dénoncer ce type de crime. Par contre, il est intéressant de noter que seulement 0,06% des Juifs, 0,03% des musulmans et 0,007% des homosexuels sont agressés chaque année. Pour les Français, c’est 0,7% qui sont agressés chaque année. Donc, il semble plus sécuritaire d’être un Juif, un musulman ou un homosexuel qu’un Français en France !

La situation doit être dénoncée, mais la majorité des gens dorment devant leur télévision et même lorsqu’ils réalisent qu’il se passe quelque chose, ils refusent de s’affirmer, pour se conformer d’une part, mais d’autre part car ils ne veulent pas être étiquetés comme des racistes ou des extrémistes de droite et risquer ainsi l’ostracisme et leur emploi. Il est intéressant de noter que l’accusation de racisme est la seule où l’accusé est prétendu coupable jusqu’à ce qu’il prouve son innocence.

racailles7Pour être certain que les gens ne questionnent pas le système, il y a une myriade de groupes antiracistes qui jouent le rôle de la police de la pensée. Ces groupes, généreusement subventionnés par l’État, ne visent pourtant qu’une sorte de racisme et refusent de voir le racisme anti-blanc. De petits actes contre des minorités sont hypermédiatisés, alors que des actes ouvertement racistes contre les Blancs sont ignorés. Le racisme anti-blanc est tel qu’un Français sur dix s’en dit victime.

Bien que très peu de statistiques existent sur le sujet, Obertone fait également un lien entre l’ethnie et le crime. Les musulmans et les Roms sont surreprésentés chez les criminels. D’après le Washington Post, entre 60% et 70% des prisonniers seraient musulmans. Il démontre aussi que ce n’est pas un phénomène unique à la France et présente des statistiques à propos des autres pays européens : certaines ethnies sont surreprésentées chez les délinquants.

Il va plus loin et fait un lien entre l’explosion du crime et l’augmentation de l’immigration. La corrélation est frappante. Il démolit aussi les arguments habituels de la gauche liant la pauvreté et le chômage au crime. Il attaque également avec brio l’argument voulant que l’exclusion cause le crime en invoquant les programmes d’Affirmative Action.

Malgré le sujet très grave traité dans le livre, le ton est parfois humoristique et incisif. L’auteur ne tombe ni dans l’intellectualisme ni dans le sensationnalisme, malgré l’abondance de statistiques. Il ne tombe pas dans les utopies, mais présente les faits de façon réaliste – ce que les médias et les politiciens refusent de faire.

F.Q.S.
Pour la préservation de notre peuple

Obertone, Laurent, La France Orange Mécanique, Ring, 2013, 350 p.

Partager.

Les commentaires sont fermés.