Canada: Le Hijab dans les forces armées canadiennes

0

Lorsque le Capitaine de corvette Wafa Dabbagh s’est enrôlée dans les Forces canadiennes en 1996, aucune musulmane n’y portait le hidjab.

« Il y avait des femmes et des hommes musulmans dans les FC, mais ils m’ont dit plus tard que j’étais la première à porter le hidjab », a indiqué le Capc Dabbagh.

Au début, aucun recruteur n’a fait de commentaire à propos du hidjab qu’elle portait jusqu’à ce que son premier commandant lui demande de venir dans son bureau et lui dise qu’il ne savait pas quoi faire avec elle.

À la fin du mois de décembre, le Capc Dabbagh a été promue à son grade actuel. Depuis, elle continue d’occuper les fonctions de coordonnatrice au sein de la Direction – Analyse de la sécurité future (DASF). Elle estime qu’il n’existe aucun conflit entre sa foi musulmane et son service au sein des FC.

« Je suis un officier de marine et mon travail fait partie de ce que je suis. Je suis aussi une musulmane, et ma foi fait partie de ma vie quotidienne. C’est ce qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui.»

Selon le Capc Dabbagh, les musulmanes devraient porter le hidjab en tout temps. Seuls leur visage et leurs mains devraient être découverts, par modestie, mais aussi parce qu’elles veulent être jugées et reconnues en tant que personnes, et non en fonction de leurs caractéristiques physiques.

« Je sens que je peux être moi-même et je ne me préoccupe pas de mon apparence. Je n’ai jamais de problèmes avec mes cheveux », a-t-elle plaisanté.

Malgré les regards curieux lorsqu’elle porte l’uniforme, le Capc Dabbagh aime que des civils lui posent des questions. Elle peut alors leur donner des renseignements exacts et pertinents.

« Les médias véhiculent toutes sortes de renseignements qui ne sont pas toujours exacts, c’est pourquoi j’aime quand les gens me posent des questions. Je peux alors m’assurer qu’ils comprennent bien. »

Partager.

Les commentaires sont fermés.