Radio-Canada et multiculturalisme : une obligation

0

radio-canada

Un article de l’agence de presse Média mosaïque datant du 6 juillet 2011 nous apprend quelques faits intéressants considérant le parti-pris idéologique de Radio-Canada en faveur du multiculturalisme.

Le compte-rendu des Assises de la diversité, auxquelles participe la société d’État, nous apporte quelques informations troublantes quant à la neutralité de l’information à Radio-Canada. Selon le doctorant en droit international économique et expert en gouvernance, M. Saintelmy, il semblerait qu'il y a « une obligation juridique de promouvoir la multiethnicité et la multiracialité à Radio-Canada. C’est une des missions fondamentales de Radio-Canada. » Il poursuit en mentionnant que la société d’État a « deux obligations : la première, elle est d’ordre juridique, le mandat, la charte, la loi fondamentale de Radio-Canada lui fait obligation… La deuxième : il y a le cadre canadien en matière d’équité en emploi. »

Mme Parent, la directrice de Radio-Canada International, mentionne qu’il y a une « consigne diversité » en vigueur et « qu’il est clair qu’il y a un mot d’ordre qui a été passé à Radio-Canada, à savoir, que toutes les nouvelles embauches devront se faire aussi sous le signe de la diversité ». La directrice de Radio-Canada International a également soutenu « qu’une forme de discrimination positive non-officielle est actuellement de mise au service de l’information à Radio-Canada ».

Si la promotion du multiculturalisme et de la diversité ethnique est une obligation légale et politique pour Radio-Canada, alors nous pouvons conclure qu’il n’y a pas de liberté de presse à la société d’État puisqu’il n’y a qu’un côté favorable au multiculturalisme et à l’immigration qui peut être présenté au public. Cela n’a rien de surprenant en soi, considérant que le multiculturalisme est dans la constitution canadienne, mais il est tout de même inquiétant de voir qu’il y a une véritable volonté politique et institutionnelle de cacher certains faits et de montrer qu’un seul côté de la médaille sur certains enjeux.

Le Canada pourra-t-il encore longtemps se vanter d’être une terre de liberté d’expression et de presse, alors que l’État dicte une ligne politique à ses propres journalistes ?

 

Voir aussi: Rapport annuel sur l’application de la Loi sur le multiculturalisme canadien 2011-2012

 

Partager.

Les commentaires sont fermés.