Le père George-Antoine Belcourt

1

BelcourtExtrait de La religion et les Acadiens à l’Ile-du-Prince-Edouard 1720-1980, par George Arsenault. Société Saint-Thomas-d’Aquin.

Parmi les membres du clergé des paroisses acadiennes, Le Père George-Antoine Belcourt est le premier à s’engager profondément dans le développement de la vie économique des gens. À son arrivée à Rustico, en 1859, il découvre une paroisse surpeuplée, subdivisée en fermes de très petites étendues, que les Acadiens, réduits à la pauvreté, cultivent en tant que locataires. Devant une situation aussi déplorable, le Père Belcourt ne tarde pas à chercher des solutions à ces problèmes démesurés. Il organise donc un mouvement de colonisation et il réussit à amener quelques centaines de familles de Rustico et d’ailleurs à prendre des terres gratuites de la Couronne dans la vallée de la Matapédia, au Québec, et dans le comté de Kent, au Nouveau-Brunswick.

Il a le mérite d’être le premier promoteur de la colonisation acadienne du 19e siècle.

Ce mouvement prend de l’ampleur au cours des années, et surtout avec les Conventions nationales. Les chefs acadiens voient en la colonisation un moyen d’améliorer l’économie acadienne, d’enrayer la vague migratoire vers les villes industrialisées des États-Unis et de retenir les Acadiens dans le domaine de l’agriculture. Le mouvement gagne la faveur du clergé acadien qui ne cesse de l’encourager jusqu’au début du siècle présent (vingtième). (23)

Le contribution la plus spectaculaire du Père Belcourt dans le domaine économique est sans doute la création en 1861, de la Banque de Rustico, première banque du peuple à voir le jour au Canada.

En mettant sur pied cette institution, il veut créer chez les Acadiens « un esprit d’économie et d’entreprise » qui puisse leur permettre de devenir maîtres de leur économie (24). La Banque fonctionne un peu comme les caisses populaires modernes  : en encourage les gens, qui ont les moyens, à acheter des actions de la Banque afin de permettre aux plus démunis d’emprunter à des taux d’intérêt moins élevés que ceux des banques commerciales. Cette Banque opère avec succès jusqu’en 1894 (25).


(23) George Arsenault, Histoire de l’émigration chez les Acadiens de l’Ile-du-Prince-Edouard, Summerside, S.S.T.A., 1980, pp. 15-29.

(24) Belcourt à Cazeau, le 15 mars 1860. A.A.Q., 310 CN II:57.

(25) Cécile Gallant, loc. cit., pp. 325-328.

Partager.

Un commentaire

  1. Continuez de nous partager les contributions importantes que le clergé a accompli à travers notre histoire. Ces contribitions que certains pour diverses raisons se plaisent à nous faire oublier et à demoniser. Le clergé catholique à forgé notre histoire canadienne française et veillait à nos intérêts contrairement aux bouffons qui nous dirigent de nos jours.
    Longue vie aux écrits de Groux. C’est ça le Canada Français et non cette idée gauchiste qui nous est présenté de nos jours.

Donnez votre avis