Carlos Leitao : « l’immigration ne réglera pas la pénurie de main-d’œuvre »

0

Extraits de Intégration difficile des immigrés au marché du travail, publié par La Presse le 21 novembre 2008.

Carlos Leitao est né au Portugal. Il a suivi ses parents au Québec à l’âge de 17 ans. Trente-cinq ans plus tard, il est l’un des économistes les plus réputés de sa terre d’adoption – l’agence Bloomberg le place même au deuxième rang des meilleurs économistes en Amérique du Nord!

S’il y a un économiste qui devrait penser que l’immigration peut régler le problème de pénurie de main-d’oeuvre au Québec, c’est bien lui. Et pourtant, l’économiste en chef de la Banque Laurentienne ne croit pas à cette théorie.

«Pour la pénurie de main-d’oeuvre, la solution numéro un reste la formation de la main-d’oeuvre. Dans ce contexte-là, on peut toujours aller chercher des immigrants dans des domaines spécialisés, mais l’immigration ne réglera pas la pénurie de main-d’oeuvre de façon générale.» – Carlos Leitao

Carlos Leitao sait de quoi il parle. Pendant qu’il faisait ses études en économie, ses parents gagnaient honorablement leur vie dans l’industrie du vêtement et de la construction. Aujourd’hui, la famille Leitao aurait beaucoup plus de difficulté à joindre les deux bouts dans la même situation.

«L’économie québécoise a beaucoup changé au cours des 35 dernières années, dit-il. Quand mes parents sont venus au Québec, il y avait plein d’emplois non spécialisés avec lesquels il était tout à fait faisable de mener un niveau de vie décent. Ce genre d’emplois est très rare aujourd’hui.» – Carlos Leitao

Les plus récentes statistiques concluent que l’intégration des immigrants au marché du travail se fait plus difficilement au Québec que dans le reste du Canada. Selon Statistique Canada, le taux de chômage chez les immigrants est supérieur de 1% au taux de chômage moyen des Canadiens en 2007 (7,0% pour les immigrants canadiens contre 6,0% pour les Canadiens en général). Au Québec, l’écart est de 3,3% (10,5% pour les immigrants québécois contre 7,2% pour les Québécois en général).

Selon une étude du professeur Pierre Fortin, les nouveaux arrivants au Québec (moins de cinq ans de séjour) ont beaucoup plus de difficultés à trouver un emploi que ceux qui s’établissent en Ontario. Chez les minorités visibles (arabe, africaine, sud-asiatique, orientale, etc.), l’écart du taux de chômage des immigrants par rapport à celui de la population en général est de 16% au Québec contre 6% en Ontario. Quant aux immigrants de race blanche, l’écart par rapport à la moyenne provinciale est de 11% au Québec contre 4% en Ontario.

«La situation économique des immigrants au Québec est tragique comparativement à celle des autres provinces du pays, dit Pierre Fortin, qui enseigne l’économie à l’UQAM. Le Québec intègre très mal ses immigrants à son économie.»

Au cours des prochaines années, le gouvernement Charest espère attirer environ 9000 immigrants supplémentaires au Québec – ce qui porterait le total à 50 000 nouveaux arrivants annuellement. Un contingent qui comblerait une partie des 700 000 emplois disponibles au Québec d’ici 2011. «Si nous ne réglons pas la pénurie de main-d’oeuvre, ça peut signifier une décroissance économique pour le Québec», dit le ministre québécois de l’Emploi et de la Solidarité sociale Sam Hamad, lui-même né à Damas, en Syrie.

Selon la plupart des économistes, l’idée du gouvernement Charest d’accepter plus d’immigrants ne règlera pas le fond du problème: l’intégration difficile des immigrants au marché du travail québécois. «Il y a encore beaucoup de contraintes qui font en sorte que des immigrants médecins ou ingénieurs ne sont pas capables de pratiquer leur métier au Québec, dit Yves St-Maurice, économiste en chef adjoint du Mouvement Desjardins. Faire immigrer des médecins de l’extérieur pour les faire travailler dans un Tim Hortons, ça ne donne rien

Mauvaise nouvelle pour les futurs immigrants québécois: leur intégration risque de continuer d’être difficile au cours des prochaines années. Le problème: ils sont surqualifiés! Près de la moitié – 48% en 2006 – des immigrants québécois détiennent une formation universitaire (FQS; voir l’article l’Équivalence des diplômes – qu’en est-il? qui démontre la faiblesse de l’argument car la qualité de l’enseignement d’un pays à l’autre varie grandement) . Or, le Québec aura surtout besoin de nouveaux travailleurs dans les secteurs techniques d’ici 2011.

Selon les prévisions d’Emploi-Québec, le Québec formera suffisamment de diplômés universitaires afin de combler les emplois universitaires disponibles sans l’apport de l’immigration.

Conscient des défis entourant l’intégration des immigrants, le ministre Hamad fait valoir que le Québec a modifié ses critères d’évaluation des demandes d’immigration afin de mieux refléter les besoins de son marché du travail. «Nous croyons que l’immigration peut combler nos besoins de main-d’oeuvre», dit-il.

L’économiste Pierre Fortin n’est pas d’accord avec les conclusions du ministre Hamad.

«Avant d’augmenter le nombre d’immigrants, qu’on concentre plutôt nos efforts sur ceux qui sont déjà chez nous, dit-il. Nous sommes déjà débordés de néo-Québécois qu’on est incapable d’intégrer.»

Partager.

Les commentaires sont fermés.