Marche contre la dénationalisation 2011

0

Internet est d'une grande aide pour briser le monopole des médias de masse sur la formation de l'opinion publique. C'est d'ailleurs pourquoi il est essentiel de maintenir un site Web et un forum, afin de diffuser en permanence le vrai nationalisme et que tous aient accès à l'information. Mais sans une présence physique dans la rue, nos opinions et notre engagement ne peuvent être concrétisés.

C'est pourquoi la FQS a appuyé la Légion nationale dans une marche au centre-ville de Montréal le 26 novembre dernier afin de dénoncer la dénationalisation du Québec.

Est-ce un signe si cette marche fut un succès sur toute la ligne, que les médias laissèrent de côté les injures habituelles contre ceux qui osent critiquer l'immigration au Québec? Ils rapportèrent la nature pacifique de la manifestation et appelèrent nos amis de la Légion Nationale de «fervents nationalistes québécois».

Qu'est-ce que la dénationalisation ?

La dénationalisation se décrit par la tentative de négation et de remplacement de l'identité historique du peuple canadien-francais au Québec. Elle représente les politiques gouvernementales du multiculturalisme fédéral et de l'interculturalisme provincial, ainsi que les moyens utilisés pour mettre celles-ci en application. Entre autres, l'immigration massive, le cours d'Éthique et Culture Religieuse (ECR), la carence délibérée de cours d'histoire nationale dans nos écoles et le non-respect de la loi 101 sont des agents de la dénationalisation de notre peuple.

La marche

Pendant deux heures, nous avons défilé à travers le centre-ville de Montréal, du coin René-Lévesque et Guy jusqu'au pied du mont Royal. Nous avons rencontrés plusieurs sympathisants et avons reçu plusieurs encouragements et coups de klaxons. Nos militants ont fait preuve de discipline en respectant tous les règlements imposés par la police pour la marche et le tout s'est déroulé de façon tout à fait pacifique.

Pacifisme qu'une bande d'anarchistes cagoulés ont vainement tenté d'ébranler lorsqu'ils nous ont attaqué à coup de briques, bouteilles et poivre de cayenne au début de la marche malgré la présence de femmes enceintes et de personnes plus âgées dans notre groupe. Après avoir évacué les personnes plus à risque, nous avons su faire preuve de sang froid en nous contentant d'éviter les attaques – chose que nous n'avons pas eu à faire trop longtemps, puisqu'après avoir endommagé des biens publics et une vitrine d'hôtel, les anarchistes ont eu affaire à la police. La marche a ainsi pu débuter sans blessés et dans le calme.
 

Pour la préservation de notre peuple.
Fédération des Québécois de souche

 

Partager.

Les commentaires sont fermés.