No.3 Vol.2 – Le summum de l’indécence

0

63994db19fa4aadfa3bfe243e5b44425Adonis Stevenson nous a prouvé que les limites de l’indécence pouvaient toujours être repoussées. Suite à une série d’articles détaillant le passé de proxénète et de batteur de femmes du boxeur, celui-ci a choisi de se présenter comme une victime du racisme. Dans une inversion des rôles pathétique, celui-ci a accusé la société québécoise et ses médias de ce péché imprescriptible et a affirmé qu’il songeait à quitter la province pour fuir notre peuple ainsi coupable.

Quel manque de respect pour ces femmes qui furent abusées, violentées et exploitées par cet homme qui en vivait. Qu’aujourd’hui la population soit informée et qu’on refuse de taire son passé ne relève pas du racisme, loin de là. Parce qu’il est noir, nous ne devrions pas savoir ? Aberrant et surtout indécent.

  • La trahison du clergé
p.4
  • Le Front National, mythes et réalités
p.8
  • Qui était Edgar Bronfman
p.11
  • Comprendre le multiculturalisme
p.12
  • Le quiproquo de la charte des valeurs
p.19
  • De quoi surprendre
p.22
  • Premier prix du concours d'essais
p.23
  • Lectures dissidentes
p.25
  • Et plus encore!

Partager.

Les commentaires sont fermés.