No.5 Vol.4 – Paris, Bruxelles, Québec?

0

Nous pouvons célébrer une victoire partielle en ce qui a trait aux seuils d’immigration. Il ne s’agit pas ici d’une victoire totale ou même d’une demi-victoire, mais plutôt un quart de victoire, le gouvernement libéral de Couillard ayant décidé de ne pas augmenter les seuils de 50 000 à 60 000 immigrants par année. La loi 77 passe, permettant au gouvernement de ne plus faire voter le Parlement lorsque les quotas annuels sont décidés, mais pour le moment, face aux critiques, le gouvernement recule.

harfangjuinEst-il pédant pour la Fédération des Québécois de souche de se féliciter de cette petite réussite ? Nous sommes une petite organisation ayant peu d’impact sur ce genre de décision après tout. Mais si à court terme nous avons peu d’impact concret, nous avons une importante part de mérite dans cette victoire. Il y a dix ans, aucune organisation n’osait dénoncer ouvertement l’immigration. Certes, nombre d’individus dénonçaient les accommodements raisonnables et l’ADQ prévoyait une diminution de l’immigration, mais aucun groupe ne combattait l’immigration comme la FQS pouvait le faire. Nous avons été les premiers à publier des textes, aller dans les médias, fournir les arguments. Avec Internet, notre magazine et surtout nos campagnes militantes et nos apparitions médiatiques, nous avons sensibilisé les dizaines de milliers de Québécois à l’enjeu de l’immigration. Aujourd’hui, ce sont ces Québécois qui ont fait reculer Couillard et ses comparses.

Nous ne sommes pas les seuls aujourd’hui à dénoncer les dérives immigrationistes : les langues se délient dans les journaux et dans les médias, mais là aussi, notre rôle, parfois de bouc-émissaire, a permis de briser le carcan de la rectitude politique. Il ne s’agit que d’une petite craque pour le moment, mais l’édifice est fissuré et la censure ne peut que s’effondrer. Et d’ici là, de nombreuses personnalités publiques osent dire ce qui était indicible il y a dix ans.

Il faut aussi prendre en compte que les islamistes sont parvenus à faire ce que les politiciens populistes du monde entier n’avaient pas réussi à faire. A grands coups d’explosifs et d’exigences religieuses loufoques, ils ont émotionalisé le débat et ont fait de l’immigration un enjeu décisif dans le choix du vote. Dans le passé, les sondages démontraient que la majorité était opposée à l’immigration massive, mais la masse votait tout de même pour des partis en faisant la promotion, puisque c’était un enjeu secondaire – le vote se basait sur les promesses économiques, les retours d’impôts et autres sujets pécuniaires. Avec les fous d’Allah et les torrents de migrants, le vent change finalement, l’enjeu migratoire ayant fait un bond en avant dans les priorités personnelles et les libéraux le sentent.

Ils n’iront pas jusqu’à diminuer les seuils, non. Pas que ce soit une décision idéologique ; tout cela relève du calcul électoral le plus vile. Diminuer les seuils leur ferait perdre des points chez les minorités ethniques, principal bloc d’électeurs avec les Anglophones. En décidant de ne pas augmenter, le parti de Couillard souhaite donc ne pas perdre son clos gardé (le vote ethnique), tout en évitant de perdre les quelques pourcentages de Francos qui soutiennent encore le gouvernement malgré tout.

Il s’agit donc d’intensifier la lutte et de demander encore plus. Ramener la remigration à l’avant-scène permet de trouver un nouveau milieu, un nouveau compromis. Si le gouvernement doit se positionner sur la remigration, le terrain de compromis sera donc la diminution, voire l’arrêt de l’immigration.

Ce quart de succès, aussi encourageant puisse-t-il être, ne doit pas nous faire baisser la garde. Nous pouvons faire des points, seulement faut-il continuer à attaquer.

Éditorial

P.3

DAESH l’empire médiatique

P.4

Les hipaniques sont-ils plus criminels ?

P.4

Victimisation & projection

P.6

Une autre victime de la rectitude

P.7

La tartufferie de Monseigneur

P.8

Entretien avec Carl Lang

P.10

L’urne et la plume

P.13

Générosité ?

P.14

Des trous dans les poches

P.15

RONA, une histoire trahie

P.15

Un survol économique

P.16

Entretien avec Vavra Suk

P.17

Une soirée chez les morons

P.19

Un cadeau grec

P.20

La musique pop pour le grand réveil

P.21

Les blues montréalais

P.23

La police de la diversité

P.24

65 ans de réinformations

P.24

ENCLAVE

P.25

Lectures dissidentes : Kosovka

P.26

Lectures dissidentes : Raspail

P.27

Partager.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.