Les ours de Château-Richer

0

Il s’est passé une bien étrange histoire à Château-Richer à une époque que nul ne peut vraiment dater. Y vivait un jeune couple vaillant qui avait pour son malheur deux enfants impertinents. Chaque jour, le garçon et sa sœur se surpassaient en effronteries, lâchant tantôt les brebis dans le potager, tantôt les poules hors du poulailler. Quand ce n’était pas le linge mis à sécher qu’ils éparpillaient dans les ronces pour le déchirer, c’était la porte du caveau qu’ils prenaient plaisir à laisser ouverte, épiant qui allait s’y faufiler pour grossir ses provisions de l’année. Aussi, la jeune femme n’arrivait jamais à finir son ouvrage et elle avait la belle-mère à ses trousses, qui commençait à désespérer de voir sa bru… en bru se transformer.

Un matin que la tâche se faisait lourde, la jeune femme décida de couper court à ses tourments et de garder ses enfants à l’écart tout en leur servant un châtiment. Voulaient-ils jouer aux ours qu’elle leur suggéra le four à pain comme tanière et s’empressa de les y enfermer à double tour. Comme la belle-mère allait se réjouir! N’écourtant que son ardeur, la mère des petits ours trancha les légumes pour la soupe, assista son mari à l’étable, blanchit tout le linge de la semaine et eut même le temps de cuire un dessert. Attablés pour le souper, elle et son mari relevaient la tête de leur prière qu’elle nota, non sans remords, que deux couverts se trouvaient sans les tapageurs habituels. Prétextant aller chercher du beurre, elle courut à la tanière ouvrir la porte du four à pain… mais qu’est-ce qui en sortit? Un duo d’oursons bruns, se sauvant à courtes enjambées vers la plus proche forêt.

Depuis ce triste jour, pas un enfant de Château-Richer ne s’aventure dans un four à pain sous peine d’en ressortir transformé en ours vilain.

 

Partager.

Donnez votre avis