Pas d’amalgame ! Immigration et critique de l’Islam

1

Pas d’amalgame! Ne confondez pas critique de l’immigration et critique de l’islam avec la haine de l’immigrant et du musulman!

Parlons de l’immigration

Vous est-il déjà arrivé de vous faire traiter gratuitement de xénophobe pour vos critiques de l’immigration ? Si oui, c’est que vous avez été victime du vicieux sophisme consistant à confondre immigrant et immigration.

L’immigration est un phénomène que l’on subit, quelque chose qui nous est imposé; quelque chose que nos élus et les élites nous imposent contre notre bien et pour le leur; quelque chose dont nous sommes en parfait droit de critiquer. L’immigrant est un être humain, qui arrive avec ses idées, ses valeurs, sa religion, ses bonnes ou ses mauvaises intentions. Il peut être pauvre ou riche, religieux ou laïque, honnête ou malhonnête, agréable ou désagréable.

L’immigrant et le natif subissent tous deux l’immigration. On dit au natif que l’immigration apportera la prospérité économique à son pays. On a dit à l’immigrant que quitter son pays lui apportera la prospérité personnelle. Le natif rêve que son système de santé et sa retraite soient payés par les impôts de l’immigrant et l’immigrant rêve d’un travail bien payé à la hauteur de ses aspirations. La vérité est tout autre!

D'un point de vue économique, l'immigrant arrive et compétitionne avec les natifs, nettement avantagés, pour se trouver un emploi quand il n’est pas exclu de la profession désirée par la non-reconnaissance de son expérience de travail à l’étranger. Au final, l’immigrant passe quelques années sur le chômage et accepte un travail inférieur à ses qualifications. Le natif, lui, paie pour les coûts sociaux de ce système déficient.

D'un point de vue démographique, l'immigrant arrive dans un milieu qu'il ne connaît pas ou peu. L'intégration est souvent difficile et il est beaucoup plus facile de s'abandonner au communautarisme – c'est alors la création, petit à petit, des ghettos que l'ont voit aujourd'hui en Europe. Ce communautarisme est d'une certaine façon compréhensible lorsque l'on prend le point de vue de l'immigrant, car il est naturel pour un individu de souhaiter s'entourer de ses semblables. Mais avec la hausse constante des seuils d'immigration, ce communautarisme prend de plus en plus d'importance au point de créer une scission importante dans la société. Le natif souhaite la même chose, car s'il est prêt à accueillir et à intégrer à sa société des personnes immigrantes dans une certaine mesure, il tient également à la préservation de la société telle qu'il la connaît et telle qu'elle a toujours été historiquement. 

Un homme sain d’esprit peut ainsi sans contradiction à la fois critiquer, voire détester l’immigration en tant que phénomène, tout en n'ayant aucun problème à échanger avec les personnes immigrantes en tant qu'individus.

Parlons de l’Islam

Dans un même ordre d’idée, si vous avez déjà critiqué l’Islam, on vous à surement déjà traiter d’islamophobe, de xénophobe et de raciste. La relation tient toujours de l’ordre du sophisme.

Il faut savoir que l’Islam, outre son aspect religieux, tient aussi de l'ordre des idées. De ce fait, l'Islam, comme toute idée, comme tout système de penée, peut être critiqué.  N’a-t-on pas critiqué intensément la religion catholique depuis la Révolution tranquille ? Ne pas soumettre la religion à la critique permet des dérives puisque tout serait permis au nom de la religion.

De l’autre côté, l’homme ou la femme de foi musulmane est un être humain qui mérite d’être traité pour ce qu’il est : un être humain. La religion et l’homme sont deux choses différentes. L’homme peut être bon ou méchant indépendamment de sa religion.

Ainsi, il devrait être totalement acceptable de critiquer la religion tout en respectant les individus. Ne dit-on pas qu’il faut attaquer les idées et non les personnes?

En somme

Notre société est sur une pente glissante. La tuerie récente de Québec en démontre les dérapages. Les médias ont rapidement fait l’amalgame entre la critique de l’immigration et de l’Islam avec la haine de l’immigrant et du musulman. Si l’on continue à répéter ce sophisme pour qu’il s’imprègne dans l’esprit des gens, l’effet sera toxique pour notre société. D’une part, les gens les plus opposés à l’islam en viendront eux-mêmes à détester les individus basés sur leur religion et non pour ce qu’ils sont. D’autre part, les gens les plus portés vers l’ouverture culturelle seront aveuglés et perdront tout esprit critique – au point d'être ouverts au débat seulement et uniquement si leur propre opinion est le seul à être présenté – c'est ce que l'on voit de façon très flagrante cette semaine. 

Dans notre intérêt et pour celui de tous, combattons le sophisme intellectuel dans lequel les médias nous ont plongé!

FQS
Pour la reconquête de notre peuple

Partager.

Un commentaire

  1. Il a ete dangereusement recupere par nos dirigeants pour masquer, non seulement les echecs de leurs politiques d’integration des immigres de confession musulmane, mais egalement l’instrumentalisation qu’ils ont faite de ces populations dans un but entierement electoraliste. Si moi, tous les matins, devant ma glace, je m’etais arretee a ma tete d’arabe, je n’aurais pas avance, je ne me serais pas integree et je n’aurais pas aime ce pays.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.