Réfugiés et agressions sexuelles

1

Le Canada affirme vouloir accueillir 25000 réfugiés syriens. L’Europe est déjà touchée par ces vagues de migrants. Cette année, jusqu'à maintenant (fin octobre), 680 000 réfugiés et plus y sont déjà arrivés par mer fuyant le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie. En 2015, c’est 800 000 que l’Allemagne devrait avoir accueillis.

Cette calamité entraîne son lot de conséquences dont une épidémie d’agressions sexuelles. Bien que l’on cherchera à montrer le sort douloureux de familles, de femmes et d’enfants sur nos écrans de télé, 70% de ces chercheurs d’asile sont des hommes. Pour eux, le viol est un exutoire légitime, puisqu’ils sont seuls. Sachons qu’au Danemark, par exemple, entre 2003 et 2014, plus de 34% de tous les individus condamnés pour viol (212 sur 615) étaient des immigrants ou leurs descendants, selon le journal Metroxpress.

La Suède connaît ce phénomène depuis qu'elle ouvrit ses frontières à l'immigration à partir des années 70. En 1975, on comptait 421 assauts mais en 2014, on en dénombra 6620, une hausse de 1472%, 77.6% des violeurs étant étrangers (une donnée stupéfiante considérant que ces étrangers sont "seulement", pour l'instant, 14,3%).

Le Gatestone Institute a compilé une liste des innombrables viols commis par les réfugiés durant les derniers mois. Mais pendant ce temps, les autorités se préoccupent de la montée de l'Islamophobie et du racisme.

Une jeune fille de 13 ans ainsi que sa mère furent agressées ainsi par un chercheur d'asile dans le camp de Detmold, en Allemagne. La police tut l'incident de peur de voir apparaître des démonstrations "d'extrême droite". Le crime eut lieu en juin, et c'est seulement cet automne qu'un média local en parla selon "Soeren Kern"

Un éditorial du journal Westfalen-Blatt affirme que la police ne rend pas public ces crimes pour éviter que soient remis en question les politiques de frontières ouvertes. Selon les mots de Ina-Maria Reize-Wildemann, qui refuse de diffuser des reportages traitant des cas de viol sur son média ZDF dont elle est éditeur en chef; "Nous ne voulons pas enflammer la situation et faire planer une mauvaise impression. Les migrants ne méritent pas ça".

En Allemagne, les syndicats de policiers et les groupes de droit des femmes accusent les autorités de minimiser la vague d'agressions sexuelles qu’engendrent les réfugiés.

Le ministre de l'intérieur parle en effet de rumeurs diffusées sur internet, mais Rainer Wendt, chef syndical policier, croit que le phénomène est bien réel.

Sans doute dans le but secret de préserver les écolières du sort que l'on connaît, les administrateurs des milieux scolaires recommandent d'éviter les vêtements trop révélateurs dans le but de ne pas offenser les immigrants et de respecter leur culture.

Au Danemark, on demande des cours d'éducation sexuelle obligatoires pour les chercheurs d'asile arrivant au pays. On y apprendrait par exemple qu'un baisé n'est pas une invitation pour le sexe.

Linda Hagen est responsable de 34 centres pour réfugiés. Selon elles, ces derniers venant de "pays conservateurs" interprètent mal le comportement des femmes. "C’est difficile lorsque vous venez d'un pays où les femmes ne sortent jamais (…) Lorsque vous voyez une fille en mini jupe danser dans à une fête tard dans la nuit, quel message cela vous donne. Il est important de leur dire que ce genre de comportement ou de vêtement ne veut pas dire qu'on peut aller jusqu'au bout. Si une fille dit "non" c'est "non".

L’ethnomasochisme atteint des proportions inimaginables. Nos élites semblent perdues, il ne reste vraiment que le peuple. Un réveil des masses est-il pour bientôt?

Fédération des Québécois de souche
Pour la reconquête de notre peuple

Sources
  • Reuters (2015), German authorities accused of playing down refugee shelter sex crime reports. URL : http://tinyurl.com/pj7wr56

  • Infowars (2015), Refugees Welcome ? Migrants gang rape women in Sweden & UK. URL : http://tinyurl.com/nqsqy98

  • RT NEWS (2015), Denmark moots sex education for refugees to curb high rate of rape. URL : http://tinyurl.com/nzoc7to

Partager.

Un commentaire

  1. Victoria Mainville le

    Où sont les féministes? Françoise David? Les anarchistes? Les progressistes?

    Sont-ils en plein délit de discrimination en protégeant certaines ethnies ou groupes vs d’autres? Où est-ce que selon leur analyse ceux-ci en tant que classe victimaire ont le droit de violer sans être dénoncés?

    Fascinant cette hypocrisie, il faut dire que leurs propre rangs sembles ravager par des cas de viols (ASSÉ)… entre agresseurs ils sont peut-être solidaires.

    Debout les femmes!

Donnez votre avis