Révolution sexuelle à l’école

0

Les origines

La création d’un ministère de l’Éducation suite au rapport Parent, dans le milieu des années 60, prenait des mains de l’Église la tâche de l’éducation de la jeunesse québécoise. Toujours présents dans le milieu, mais désormais soumis aux politiques provinciales, les membres du clergé perdaient tout pouvoir décisionnel et allaient bientôt être remplacés par les nouveaux partisans de l’humanisme laïc. Par une manœuvre assez synchronisée, l’ONU, qui travaillait alors à l’établissement de son gouvernement mondial, donnait cours sous les auspices de son organe l'UNESCO à une commission sur l’enseignement dirigée par Edgar Faure, un sympathisant socialiste (voir sa biographie).

Le rapport Faure, conclusion de cette commission, recommandait aux pays soumis à l’ONU d’appliquer les nouvelles politiques humanistes dans leurs systèmes d’éducation, visant l’écroulement des valeurs chrétiennes de l’Occident. Il n’en fallait pas moins pour que le gouvernement fédéral de Pierre E. Trudeau s’immisce, passant par-dessus la constitution, dans les politiques d’éducation provinciale. Le ministère de la Santé et du Bien-être social, dirigé par son ami Marc Lalonde, publiait le guide « Adolescence et sexualité », destiné aux enseignants canadiens. Les socialistes de l’Université du Québec traduisaient ce guide pour le Québec quelques années plus tard.

C’était là le début des mesures de « libération sexuelle » visant la substitution de nos valeurs traditionnelles en la matière. Allait s’en suivre l’application des cours de morale et des cours « culturels ».
 

Les G.R.I.S. et leurs amis, chouchous de nos ministères

Le ministre de la Justice Jean-Marc Fournier annonçait au printemps 2011 un plan de promotion de l’homosexualité qui prendra fin en 2016. Les contribuables québécois financeront donc, qu’ils le veuillent ou non, les activités d’organisations comme les G.R.I.S. pour un montant de 7,1 millions de dollars sur 5 ans. Sans calculer les subventions attribuées par le fédéral, par les municipalités et les dons multiples, ils avaient déjà cumulé un minimum de 2 millions en subventions depuis le début des années 2000, selon le site Internet gouvernemental « Portrait du soutien financier ». Le réseau des lesbiennes du Québec, la coalition des familles homoparentales, les G.R.I.S. et d’autres organismes du même genre recevaient chacun, avant l’application de ce plan d’action, aux alentours de 50 000$ par année en subventions.

Le ministère de l’Éducation, qui applique déjà la désensibilisation aux pratiques sexuelles marginales dans ses programmes, obtient donc le renfort de ces organismes subventionnés pour promouvoir la tenue d’activités homosexuelles. Il est évident que nous ne le verrons jamais faire la promotion de la famille traditionnelle en invitant les jeunes mariés, les parents de plusieurs enfants ou l’arrière-grand-père de 50 enfants à venir exprimer leur fierté familiale et culturelle.

Ses buts sont donc clairs: il s’agit ici d’un des nombreux programmes de substitution de la culture traditionnelle du Québec pour minimiser le choc face à l’humanisme mondial. L’homosexualité devient donc une culture distincte au sein du multiculturalisme (possédant même son propre drapeau).

Supportés par les médias et le vedettariat

Le Québécois moyen qui passe ses soirées devant la télévision, sous prétexte d’un moment de détente après une dure journée de labeur, aura été bombardé d’une multitude d’éléments de propagande homosexuelle et déviante arrivé à la fin du mois. Les téléromans (subventionnés pour la plupart) n’en finissent plus de nous présenter l’intimité de couples hors normes et l’activité sexuelle d’adolescents souvent prépubères.

Les vedettes homosexuelles aussi sont abondamment glorifiées, ce qui nous ramène au cas des G.R.I.S. Ces organismes, répandus dans toutes les régions du Québec, a établi en 2007 un partenariat avec le groupe de musiciens pro-homosexuels Simple Plan. Le site web de la Fondation Simple Plan (fondation du groupe, qui a trouvé un moyen efficace d'éviter l'impôt) reste discret sur sa collaboration avec les G.R.I.S. Pour sa part, le site Internet de l'organisme n'hésite pas à afficher son partenariat avec la fondation du groupe, le prix se nomme Prix Simple Plan et des images des musiciens remettant des chèques géants aux gagnants sont visibles. Ils encouragent, par la remise d’une bourse de 2000$, la tenue d’activités visant à faire la promotion de l’homosexualité dans les écoles primaires et secondaires. L’organisation d’une activité homosexuelle rend les participants éligibles à cette bourse, qui doit servir au financement d’autres activités semblables dans le futur.

Parmi les gagnants mentionnés, les élèves de l’école primaire Atelier d’Ahuntsic ont adopté symboliquement un prisonnier camerounais homosexuel par l’entremise de l’UNESCO (le Cameroun jugeant l'homosexualité criminelle et passible de prison). Aussi, des élèves du secondaire de plusieurs écoles ont produit des films, des pièces de théâtre et des documentaires sur la normalisation de l’homosexualité. Des activités de peinture de drapeaux arc-en-ciel et d’autres projets, plus absurdes les uns que les autres, sont aussi mentionnés (voir le site des G.R.I.S.). Tout cela avec le support des éducateurs, des commissions scolaires, du ministère et avec l’accord des parents visiblement indifférents.

Conclusion

C’est par la promotion du multiculturalisme, la culture homosexuelle incluse, qu’ils cherchent à briser toute résistance identitaire. En multipliant la confusion et en brouillant les lignes de la normalité, ainsi qu’en marginalisant le mode de vie et l’identité traditionnelle ils facilitent l’acceptation populaire de leur « révolution » où les pratiques et les identités marginales remplacent l'identité majoritaire.

En guise de conclusion, la Fédération des Québécois de souche encourage tout parent québécois mis au fait de telles activités scolaires imposées à leurs enfants de faire entendre leur voix. De prendre les devants en signifiant aux artisans de l’endoctrinement gauchiste et homosexuel leur désaccord total. Alors, ils verront que leur victoire est beaucoup moins rapprochée qu’ils le pensent.

Pour la préservation de notre peuple,
F.Q.S.

 

 

 

Situation similaire au Canada anglais:

 

 

Partager.

Les commentaires sont fermés.