Rona, une histoire trahie

0

Le Harfang, numéro 5, volume 4. Juin/Juillet 2016. 

On peut se désoler de la vente de la chaîne Saint-Hubert à des intérêts ontariens : petite entreprise familiale d’ici, elle est rachetée par des intérêts étrangers qui n’ont évidemment à cœur que leurs profits. Cela dérange toujours de voir une entreprise à succès d’ici se faire acquérir par d’autres. Le cas de Rona n’est par contre pas désolant, il est tout simplement renversant !

Il faut d’abord savoir que Rona fut à l’origine un projet nationaliste imaginé par deux membres de l’Ordre de Jacques Cartier, ordre secret visant la défense des intérêts ethniques, linguistiques et religieux des Canadiens-français, soit Napoléon Piotte et Rolland Dansereau. Dès 1939, des quincailleries se forment un réseau, Les marchands en Quincaillerie Ltée, dans le but de contourner un monopole américain qui menaçait leur approvisionnement. Le nom Rona viendrait d’ailleurs de la première syllabe des prénoms des deux fondateurs.

Piotte, en plus d’avoir été chancelier de l’OJC, s’intéressa d’après l’historien David Rajotte aux Jeunes Laurentiens, un groupe faisant la promotion d’un État québécois libre et catholique. Bref, la création de Rona (et oui, Réno-Dépôt fait partie de ce groupe), était donc un projet avant tout nationaliste qui visait à contrer l’influence américaine dans la Belle Province. Le fait que cette belle aventure se termine par le rachat d’une compagnie américaine, Lowe’s, sans que le gouvernement ne bouge démontre à quel point les temps ont bien changé depuis 1939. La seule chose qui compte désormais, c’est le Dieu dollar et l’offre de 3,2 milliards qui était sur la table. 

Le fait est que la Caisse de dépôt et de placement, qui possède 17% de Rona, aurait pu bloquer la vente comme par le passé. Mais le président de la caisse, Michael Sabia, un anglophone proche du B’nai Brith, en a décidé autrement. Mérite-t-il son salaire annuel de 2,2 millions ? Dirige-t-il pour l’intérêt des Canadiens-français ? On peut en douter, comme on peut douter de son investissement récent de 3 milliards dans un système ferroviaire à Montréal avec notre bas de laine.

FQS
Pour la reconquête de notre peuple

Partager.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.