Tradition: Le culte du Sacré-cœur

0

Extrait du pamphlet «Le drapeau national des Canadiens-Français», publié par le Comité de Québec en 1904. (1)

Nos pères ont reconnu cette prédilection en faisant régner le divin Cœur sur eux, d'abord par un culte privé, puis par un culte public dès le commencement du XVIIIe siècle, comme nous venons de le voir, alors que les révélations faites à la B. Marguerite-Marie étaient à peine connues en France.

Peu après, en 1716, une association se formait dont les membres se proposaient d'honorer le Sacré-Cœur par des hommages particuliers. Les premières familles du pays donnèrent l'exemple.

On trouve inscrits aux registres de la confrérie: « les de Portneuf, les Dombourg, de Rouville, de Tonti, de Gaspé, de Hertel, de Boucherville, de la Brocquerie, de Niverville, etc. ; les plus vaillants officiers du roi de France figurent aussi dans la garde d'honneur du Roi des rois : ce sont les de Meloises, de Ville-donné, de Contrecoeur, d'Argenteuil, de Ligneris, de Vincelot, de Varennes, de Belestre, de Tonnancour, de Montigny, de Lanaudière, de la Mouille, etc., avec tous les premiers citoyens de Québec et un grand nombre de ceux de Montréal. » (2)

Ce sont encore les femmes les plus distinguées : la marquise de Vaudreuil, la baronne de Longueuil, mesdames Montette de Verchères, le Gardeur de Saint-Ours, le Gardeur de Léry, de Gaspé, de Salaberry.

« Chaque fête », continue M. l'abbé Lindsay, « avait un nombre choisi d'adorateurs. »

Dès le jour de l'An arrivait au pied de l'autel Pierre de la Vérandrye avec sa femme, à Pâques venait à son tour le chevalier de Repentigny, à la Fête-Dieu, M. Thomas Jacques Taschereau; le jour des Morts, M. de Rigaud, marquis de Vaudreuil; le jour de l'Immaculée-Conception, M. Daniel Liénard de Beaujeu, etc. Quant à Madame Denys de la Ronde, ayant sans doute plus de loisirs que son mari, elle s'engageait, pour honorer le Sacré-Cœur, à faire une heure d'adoration tous les premiers vendredis du mois… »

Des paroisses entières se firent inscrire à la fois sur les registres de la pieuse association. Inutile d'ajouter qu'en tête se trouvaient Mgr de St -Vallier, le clergé séculier et régulier, les religieux et religieuses des diverses communautés.

Certes, nous n'avons pas négligé de suivre ce grand exemple. Après la tourmente où nos pères, séparés de la mère patrie, eurent à lutter pour la conquête de leurs libertés, la dévotion au Sacré-Cœur, un peu ralentie par le malheur des temps, prit soudain un nouvel essor. Ce fut en 1873. Nos Seigneurs les évêques, assemblés en concile, firent appel dans un Mandement collectif à la foi de nos populations, les invitèrent à se consacrer au Sacré-Cœur et à redoubler de zèle pour l'honorer. L'élan imprimé alors à la piété fut vraiment extraordinaire.

Le culte du Sacré-Cœur devint bientôt universel. Des associations pieuses en son honneur se répandirent partout, entre autres l'Apostolat de la Prière. Aujourd'hui, « pas une église paroissiale » disait il y a trois ans Mgr Bégin, « pas une chapelle qui n'ait sa statue du Sacré-Cœur;pas un seul hameau, pas un groupe de population qui n'honore le Sacré-Cœur, le premier vendredi de chaque mois, par la confession, la sainte communion et la bénédiction du très saint Sacrement. » (3)

En ces derniers temps, beaucoup de nos compatriotes, animés d'un vrai patriotisme, se sont demandé pourquoi nous n'ajouterions pas au culte que nous rendons déjà au Cœur sacré de Jésus l'hommage d'un culte national en apposant l'emblème divin sur un drapeau distinctif de la nationalité canadienne-française.

Ils se sont dit, non sans raison, qu'un tel acte de foi serait très agréable au Sacré-Cœur, qu'il répondrait même à l'un de ses plus ardents désirs, que ce serait enfin parfaire, autant qu'il est en nous, le règne du divin Cœur sur son peuple. Nous le croyons avec eux.

(1) Ce chapitre est aussi tiré du « Messager Canadien » 
(2) Les Origines de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus au Canada, par M. l'abbé Lindsay.
(3) Mandement aux Ursulines de Québec à l'occasion du 2e centenaire de l'établissement de la fête du S.C. à Québec.

Partager.

Donnez votre avis

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.