Chronique du mondialisme – Pierre Hillard

0

Hillard, Pierre (2014). Chronique du mondialisme. Le Retour aux sources. 201 pages.

Chronique du mondialisme (CduM) se compose d'articles écrits par Pierre Hillard en novembre 2003 pour l'un d'eux et d'octobre 2012 à décembre 2013 pour les autres.

Politicologue, il se préoccupe de ce pouvoir qu'est celui des mondialistes, une élite oligarchique voulant instituer une gouvernance mondiale. C'est ce que nous explique l'auteur dans son avant-propos.

téléchargement (7)L'Europe fut païenne, puis chrétienne. Sous le règne de cette spiritualité, elle existera jusqu'à une « Renaissance » marquée par un retour aux auteurs préchrétiens, ceux de la Grèce antique particulièrement. Le catholicisme donnait aux âmes la promesse du Ciel, donnant peu d'importance aux biens matériels terrestres. Réforme protestante et Révolution française sont des événements contribuant à détourner l'être humain vers ces préoccupations matérielles ici-bas.

Le Christ avait déclaré la fin de la Synagogue, le temple d'une religion matérialiste recherchant un messie terrestre et un retour à l'Éden. Avec le mondialisme, les juifs semblent bien prêts de s'ériger en peuple de prêtres pour toute l'Humanité. Ils remplacent dans ce sens le médiateur, le prêtre catholique, les monarques de droit divin, puisque les rois, ceux de France en particulier, étaient lieutenants de Dieu sur terre. À notre époque, depuis Vatican II, Rome admet les juifs comme grands frères des chrétiens et en appelle aussi à la gouvernance mondiale.

Aux 20ème et 21ème siècles, période privilégiée par l'auteur, le mondialisme est mené par une élite méconnue du grand public. Joseph Retinger, élève de laLondon School of Economics, lieu où Pierre Elliott Trudeau et même Bernard Landry étudièrent pour devenir eux aussi mondialistes, fonda les Bilderberg dans les années 50. Pratiquant le secret, cette organisation concentre un énorme pouvoir et contribue à orienter le monde dans l'enclos mondialiste.

Monde païen, monde catholique, monde anglo-germanique et le reste de l'Europe sont des clivages de grande importance au long des articles de CduM.

L'Angleterre et les États-Unis sont de connivence pour assurer que l'unité européenne, tremplin important vers le mondialisme, soit réalisée sous leur gouverne. L'Allemagne d’Hitler aura essayé de réaliser cette unité et sera arrêtée précisément par eux. Après la Seconde Guerre mondiale, ce projet de gouvernance européenne reprendra de plus belle, avec la grande perdante de 1945 comme maître d'oeuvre sous les ordres de ses vainqueurs.

Les organismes qui firent concrètement le travail en vue de l'Union européenne (UE) étaient basés en Allemagne, imposant une philosophie régionaliste et managériale, qui est propre à ce pays à partir de 1987, qui fut ensuite le traité de Maastricht. Mais c'est une union transatlantique qui se trame. Outre-Atlantique doit se créer une union nord-américaine. La Grande-Bretagne doit être le trait d'union entre le marché commun européen et le marché commun nord-américain, qui devraient alors fusionner.

John F. Kennedy en parla dans un discours. Les sociétés Boeing, Microsoft, Nestlé et IBM aussi veulent ce marché unique et sans entrave. On veut une seule monnaie et une Banque pour remplacer la Fed. Ce travail est ignoré des médias, mais Obama en parla dans un discours en 2008.

« Un Reich germano-européen intégré à un "Saint-Empire transatlantique", voilà ce qui nous attend… pauvre France! »

Pour gagner l'opinion des masses, il faut un choc considérable : celui d'une guerre, qui entraînera la mort du dollar et ainsi la nécessité, tel qu'il sera présenté au public, d'une nouvelle monnaie suite à une grande réforme. C'est la création de l'ordre par le chaos.

Aux États-Unis, le pouvoir est de plus en plus despotique, le Patriot Act étant la mesure la plus visible et spectaculaire de la privation des Américains de leurs libertés. Le pouvoir exécutif est de plus en plus monolithique et le président de plus en plus puissant.

Ce côté dictatorial appartient à tout le mondialisme, les décisions concernant les unions économiques sont prises sans consultation du peuple. Pourtant, les conséquences économiques sont lourdes; de plus en plus d'Européens vivent dans la pauvreté.

Autre front mené par le chaos, c'est la valorisation des indépendances régionales en Europe : la Flandre, la Catalogne, l'Écosse, etc. En France, l'Alsace se dote de systèmes de représentations des plus autonomes. Le politicien indépendantiste flamand trouva la formule parfaite en déclarant que « la Belgique finira par s'évaporer entre l'Europe et les régions ». (p.64)

Information intéressante relayée par Chronique du mondialisme, c'est l'importance du B'nai Brith dans la promotion de la parcellisation des États lors du traité de Versailles en 1919. Woodrow Wilson, homme de paille, s'était fait le champion des nationalités subnationales. Paradoxe des plus révélateurs, le parti vert mondialiste de Danyl Cohn Bendit a de nombreuses alliances avec des partis indépendantistes via l'Alliance libre européennecomprenant le SNP écossais, le ERC de la Catalogne et le NVA flamand via son président.

L'association des régions frontalières européennes (ARFE) veut faire ratifier une charte des langues régionales, une « arme de destruction massive » selon la formule du conférencier français, menant à la dislocation des États.

Le mondialisme, avec pour maître d'oeuvre le monde anglo-saxon, veut adapter les populations islamiques à ce nouvel ordre. La déclaration Sykes Picot de 1916 (donnant le Moyen-Orient en partage entre la France et l'Angleterre), le détrônement de Mossadegh en Iran en 1953, le concept du choc des civilisations, énoncé par Bernard Lewis en 1957, puis par le texte de Richard Perle et d'une flopée de néoconservateurs en 1996, A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm, ce sont là les jalons d'une politique de déstabilisation du monde arabo-musulman. Les printemps arabes étaient une facette de cette politique.

La religion catholique est aussi, au côté de l'islam, cette autre grande arriérée qu'il faut aussi adapter au mondialisme. Elle y est presque, le Pape François ayant été félicité de son élection par le B'nai Brith – nous révèle toujours CduM. C'est le catholicisme d'Israël qui doit arriver, débarrassé de sa trinité jugée polythéiste et laissant le rôle de médiateur de Dieu au peuple choisi.

Selon Pierre Hillard, le tigre chinois va finir à l'hospice, à cause de cette politique d'enfant unique et de différentes « métastases sociales ». Les États-Unis jouent une politique d'endiguement sur sa façade maritime avec l'Inde et le Japon. Comme pour la Russie, la Syrie représente un accès aux mers et à l'énergie.

Vladimir Poutine lutte contre le mondialisme sous domination américano-sioniste, mais avec son Eurasie, il est aussi un mondialiste, citoyen d'honneur de la City, le centre financier mondialiste sur la Tamise.

FQS
Pour la préservation de notre peuple

Commentaires

Partager.