Manifeste pour une renaissance européenne

0

RenaissanceEuropeenneLa politique ne cesse d’évoluer et il serait naïf de croire que les idéologies et courants de pensée se figent dans l’histoire, sans ne jamais évoluer. C’est d’une vérité de La Palice que de dire que la Gauche du XVIIIème siècle ou même du XXème siècle représente les mêmes idéaux et positions qu’aujourd’hui. Pour la droite nationaliste, discréditée par la Seconde Guerre Mondiale, c’est la même chose. Pour actualiser cette droite et adapter ses positions à la fin de la Modernité et à la transition vers la Post-Modernité, des penseurs et militants se réunirent et formèrent le GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne). De ce regroupement qui inclut des personnalités aussi différentes que Pierre Vial, Guillaume Faye, Alain de Benoist et Jean Varenne émergea la Nouvelle Droite, un terme qui, il faut le dire, fut originellement rejetté par ses fondateurs. Aujourd’hui la Nouvelle Droite est défendue par des penseurs du monde entier que ce soit Alain de Benoist, Tomislav Sunic, Richard Spencer ou Greg Johnson.

Le premier constat de la Nouvelle Droite est que c’est le système libéral qui doit d’abord être renversé. Ce système qui n’est plus une idéologie est la cause des maux qui nous affligent. Il dénature l’homme, le considérant comme un simple produit de son environnement et le décrivant comme un être qui peut se définir par lui-même. C’est faire fi de la nature de l’homme qui est la somme de ce qu’il a d’inné et d’acquis, mais qui doit également à la culture dans laquelle il nait. Le monde actuel nie également cette culture qu’il souhaiterait homogénéiser avec la mondialisation, le capitalisme et des états centralisés et impersonnels qui ne font que favoriser l’atomisation de la société.

La première des positions de la Nouvelle Droite concerne la défense des identités face à l’impérialisme libéral. Les peuples ont le droit de défendre leur identité ethnique et linguistique face au rouleau compresseur de la mondialisation et de l’immigration. Cela doit se faire sans faire preuve de racisme (suprématisme), mais en ne tombant pas dans l’antiracisme niant les réalités raciales. Au niveau de l’identité, les auteurs n’oublient pas la sexualité. Alors que l’on tente de détruire les sexes, la Nouvelle Droite réaffirme les différentes évidentes entre hommes et femmes.

Pour l’avènement d’un monde nouveau, l’élite ploutocratique doit faire place aux communautés et à leurs aspirations. Cette réorganisation à partir de la base doit également permettre une remise en cause des nations. Celles-ci, souvent chauvinistes, devraient se morceler d’une part, mais également se fédérer en bloc comme l’Europe.

Ces petites communautés permettraient une meilleure cohésion sociale, une réelle démocratie participative, mais également un meilleur contrôle sur l’économie, qui n’est à près tout qu’une facette de la société et non sa raison d’être.

Évidemment, avant d’en arriver là, il faut tout d’abord redonner la possibilité de débattre et d’échanger. La liberté de penser et la liberté d’expression doivent être reconquises sans quoi aucune évolution ne sera possible.


Channelier, Charles et De Benoist, Alain. Manifesto for a European Renaissance. Arktos, 212, 47 p.
Publié originellement dans la revue Éléments en février 1999, p. 11 à 23.

Commentaires

Partager.