Racisme anti-Québécois: El Khayat et sa critique de la majorité

0

Si l’immigration consistait seulement à mettre les pieds sur une nouvelle terre, à changer de territoire en conservant son mode de vie original, cela serait assez simple. Dans le monde réel, cela est loin d’être le cas. Les étrangers n’immigrent pas seulement dans un territoire, ils entrent aussi dans une société au sein de laquelle ils doivent s’adapter et s’intégrer.

Plusieurs immigrants semblent ne pas avoir compris ce principe de base. Avec les propos tenus en onde dernièrement sur les ondes de radio-canada, le musulman d’origine marocaine Mohamed El Khayat, président de la firme informatique EBR et récompensé à plusieurs reprises par le mouvement immigrationniste, a attiré notre attention comme faisant parti de ceux qui croient qu'il est beaucoup plus facile de désintégrer la société d’accueil plutôt que d’y intégrer les immigrants.

« La terre m’appartient »

La pierre angulaire de la théorie immigrationniste, c’est cette interprétation erronée selon laquelle les Québécois de souche seraient eux-mêmes des immigrants. Théorie absurde démentie par les historiens les plus sérieux du Québec (nous sommes des colons, des fondateurs), mais qu’El Khayat incluait déjà dans son argumentaire en 2010 :

« Ici, la terre m’appartient parce que c’est une terre d’immigrés. Jacques Cartier était de la première génération, moi je suis de l’avant-dernière… »

El Khayat est aussi l’un des administrateurs de l’organisme d’intégration « Leaders Diversité ». Peut-on vraiment prétendre œuvrer à l’intégration des immigrants en entretenant ce credo immigrationniste?

N’encourage-t-il pas plutôt la désintégration du Québec, si tous les immigrants musulmans affirment, en suivant son exemple, que cette terre est la leur? 

Québec, trop blanche et trop catholique?

En entrevue au Téléjournal de Radio-Canada, le 1er mai 2014, El Khayat semait une controverse qui allait faire le tour du Web, sans toutefois susciter l’attention des médias bien-pensants du Québec:

« C’est ça l’image qu’on a de la ville de Québec, une ville fermée, à 99% blanche, catholique, etc… Ça nuit à la région de Québec. »

Suite aux contestations (notamment de la FQS), l’administration d’EBR défendait son PDG en parlant d’une erreur d’interprétation, d’un malentendu ou d’une citation hors contexte. Cette défense était malhonnête, puisque cette critique de la majorité fait partie, depuis longtemps, de l’argumentaire de monsieur El Khayat.

 

Deux fois plutôt qu’une…

En 2010, en entrevue pour un site Web belge, il accusait déjà sa terre d’accueil des mêmes importunités :

« Je suis un contre-exemple régional à la difficulté pour un Arabe de « réussir » au Canada et surtout dans une ville comme Québec à 97% blanche et catholique »

Mais comment s’explique alors le succès financier de Mohamed El Khayat au Québec ?

Pas assez bronzée et musulmane ?

Cet extrait d’un article sur notre personnage, tiré du magazine « Jeune Afrique », éclaircit quelque peu comment ce musulman d’origine marocaine aligne les réussites grâce à la collaboration entre musulmans:

« Il donne en exemple une affaire conclue récemment avec Bombardier, le troisième avionneur au monde après Boeing et Airbus. EBR a décroché un marché de plus de 800 000 dollars canadiens à la barbe des plus grandes compagnies informatiques. Sa solution n’était pas forcément la meilleure, ni la moins chère. Mais un facteur humain a été décisif : le chef du comité de sélection, d’origine maghrébine, n’avait pas oublié l’intervention de Mohamed El Khayat en sa faveur, dix ans plus tôt, alors qu’il était étudiant en situation irrégulière. »

6 mois et 1 jour..

Récipiendaire du prix de la citoyenneté québécoise en 2002 dans la catégorie « rapprochement interculturel » (!?!), El Khayat dévoilait pourtant un grand projet au journaliste belge en 2010 :

« Je vais rester résident québécois, 6 mois et 1 jour par an, pour profiter légalement de tous les avantages d’un résident canadien. »

Profiter des avantages six mois par année en critiquant radicalement la majorité blanche et catholique, c’est donc cela le portrait type d’une intégration réussie ?

Payer ses employés pour intégrer les immigrants?

L'immigration est une politique gouvernementale, non pas une initiative citoyenne, et une entreprise n'a pas à inciter ses employés à militer politiquement. C'est pourtant ce que fait l'entreprise de M. Khayat selon un article du journal le Soleil intitulé «Mohamed et la cabane à sucre» datant du 14 mai 2014.

« Non seulement Informatique EBR recrute-t-elle des immigrants, mais elle encourage ses salariés à parrainer des nouveaux arrivants qui s'installent dans la capitale et à donner un coup de pouce à des organismes communautaires – comme le Centre R.I.R.E. 2000 – qui s'activent afin de faciliter l'intégration sociale et économique des immigrants à Québec.

L'entreprise, par exemple, va payer la journée de travail de l'une de ses employées qui ira aider une immigrante à se trouver un logement ou à ouvrir un compte à la caisse populaire. »

Autrement dit, les employés qui partagent les positions politiques de leur patron peuvent bénéficier de journées de travail supplémentaire rénuméré! Le contraire serait-il acceptable, si par exemple, un employeur qui est contre l'immigration donnerait un salaire à ses employés pour militer contre celle-ci? Bien sûre que non.

Prix de la citoyenneté québécoise 2014

La Fédération des Québécois de souche a grand espoir de se voir décerner l’édition 2014 du prix dans la catégorie « Rapprochement interculturel » cette année.

Sans perdre de temps et suivant l’exemple de Mohamed El Khayat, nous vous affirmons sans plus tarder que la ville de Montréal est trop noire et trop musulmane et que la ville de Boisbriand est trop juive et trop anglophone.

L’ombudsman de Radio-Canada banalisera-t-il cette déclaration?

Pour la préservation de notre peuple,
F.Q.S.

 

Addendum

04 juin 2014: L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a effectué des perquisitions dans des bureaux du ministère de la Sécurité publique et chez l'entreprise de Québec Informatique EBR, en lien avec l'octroi de contrats informatiques.

 


Sources :

El Khayat l’entrepreneur philanthrope :
//www.leadersdiversite.com/
https://opencorporates.com/companies/ca_qc/1165682080

Québec récompense El Khayat :
https://www.ville.quebec.qc.ca/espace_presse/actualites/fiche_archives_actualites.aspx?id=13093

Échange de service entre maghrébins :
//forum.erableatlas.ca/t15699-mohamed-el-khayat-un-exemple-de-reussite-au-canada

El Khayat étale son credo dans un webzine belge :
//www.yenoo.be/interview/rencontre-avec-mohamed-el-khayat-pdg-de-la-compagnie-dinformatique-ebr-au-quebec

Petite bio d’El Khayat
//forum.erableatlas.ca/t15699-mohamed-el-khayat-un-exemple-de-reussite-au-canada

Trop blanche et trop catholique :
//www.fdesouche.com/451961-quebec-une-ville-fermee-trop-blanche-et-trop-catholique

Commentaires

Partager.