Le grand retour du racialisme – Le Harfang – No.6 Vol.8

0

TÉLÉCHARGER LE HARFANG No.6 Vol.8 – LE GRAND RETOUR DU RACIALISME

Retour du racialisme – Vol. 8 No. 6

Le grand retour du racialisme ! Il s‘est avéré que l’actualité nous a désarçonnés. Après la COVID-19 et le grand confinement vint un fait divers qui révolutionna l’Occident. Un policier tua lors d’une arrestation brutale un multirécidiviste. La chanson est bien connue, le policier étant blanc, le malfrat étant noir, les émeutes raciales enflammèrent l’Occident et l’on exigea des Blancs une séance d’autoflagellation mise en scène et promue par les dirigeants eux-mêmes. C’était le grand retour de la race dans les débats sociaux.

Tout d’un coup, ceux qu’on disait n’être d’aucune race redevenaient collectivement des Blancs le temps d’une séance de masochisme. Le voilà, le retour du racialisme. Ces émeutes n’ont rien d’étonnant, Jérémie Plourde avait bien documenté ce phénomène dans notre numéro de mai 2013, il y a de cela sept ans! Le numéro est d’ailleurs encore disponible pour les sceptiques prêts à payer 5$ pour en obtenir une copie. On y découvre que tous les pays, y compris ces bons et doux pays scandinaves, furent frappés par de telles émeutes qui débutent toujours après une « bavure » raciste d’une police qui tente tant bien que mal d’appliquer une loi, dans des villes de plus en plus rongées de criminalité.

Mais cette histoire eut le mérite de faire disparaître l’enjeu covidien. Les manifestations où l’on se collait l’un à l’autre dans une même hystérie antiraciste nous démontrèrent que la morale bien-pensante était au-dessus de la pandémie qui perdait soudain toute sa dangerosité. On peut fort bien arrêter l’économie et la vie pour lutter contre cette épidémie, mais on ne peut pas stopper la marche de l’antiracisme triomphant et culpabilisant.

Nous vivons à une époque pour le moins intéressante. Lorsqu’on prend le temps de s’arrêter à l’enchaînement rapide de crises, on constate que depuis les années 90, si elles se multiplient, avec les crashs économiques, les attentats, les vagues migratoires, les guerres, les pandémies, etc., elles escamotent le fait que le monde semble stagner. Le développement du monde semble s’être arrêté. Le XXème siècle fut marqué par des progrès exponentiels: l’arrivée du cinéma, de la télévision, de l’ordinateur, mais aussi de l’aviation, de l’aérospatiale, des satellites, la découverte du cosmos, des avancées médicales plus que majeures avec les transplantations, la victoire contre certaines maladies, la découverte du nucléaire. Mais qu’en est-il depuis 30 ans? Les seules avancées technologiques semblent être la géolocalisation des citoyens, la reconnaissance faciale, les algorithmes des réseaux sociaux, bref, des avancées liberticides. La médecine stagne. Le monde des transports stagne. L’aérospatiale stagne. La chimie stagne. Peut-on parler d’avancées dans un quelconque domaine?

On pourrait penser que le progressisme a atteint son paroxysme, il ne peut plus que péricliter. D’où l’absence de nouvelles découvertes et la multiplication de crises… On gère tant bien que mal cette fin de cycle.

Toujours est-il qu’on profita de cette double crise quasi simultanée pour tenter de passer la loi 61 en douce, octroyant des pouvoirs incroyables à l’État québécois. Puis il y eut le décès de Jean Raspail, éveilleur de peuple qui avait prophétisé l’abandon des élites occidentales face au tsunami migratoire. Et il y a cette nouvelle chasse aux sorcières et la lutte au « racisme systémique » qui découle d’une vision erronée de l’égalité. Égalité des chances ne signifie pas égalité des résultats, n’en déplaise à certains adeptes de Procuste. Mais il y eut aussi l’heureuse surprise; l’acquittement de Raphaël Lévesque pour la remise du prix « Média poubelle » à Vice, qui ne l’avait certainement pas volé! Les bien-pensants, galvanisés par les procès d’outre-Atlantique comme celui d’Esteban et des identitaires condamnés à la prison pour une banderole sur les Alpes, espéraient un verdict politique. Mais la juge, trop attachée à une notion de justice au grand dam des adeptes de la rectitude, jugea les actes selon la loi et non les idéaux politiques de l’accusé.

Donc, avec toute cette actualité qui déboule, qui déferle, nous ne pouvions que remettre à plus tard notre dossier sur l’immigration.

 3 Éditorial
 4 PLQ, une bonne affaire
 5 Le triomphe de la connerie
 6 Et tombent les têtes
 8 Machiavel à Ottawa
 9 Une page difficile à tourner!
10 In Memoriam Jean Raspail
12 Racisme systémique ou préférence nationale
17 La décénnie Orban – Entretien avec Ferenc Alamasy
19 Innocent!
20 Délire immigrationniste
24 L‘Empire arc-en-ciel
25 Tout sobrement Drieu2
26 Les socialistes dominent les réseaux gauchiste
27 Penser l‘homme nouveau

Commentaires

Partager.